Nos conseils pour écrire vos directives anticipées

C'est un grand pas de prendre la décision de mettre sur papier ses directives anticipées mais encore faut-il savoir quoi mettre dedans... Voici quelques précieux conseils pour vous aider à rédiger des directives les plus claires et précises possible.
stylo plume et feuille blanche@kellysikkema on Unsplash

Prenez votre temps !

Ecrire ses directives anticipées peut paraître complexe et nécessite une réflexion approfondie. Ne vous précipitez pas, prenez le temps qu’il vous faudra pour être sûr de ce que vous souhaiterez lors de votre fin de vie. Ecrire ses directives anticipées, c’est s’interroger sur votre vision de la vie, de la mort, de la souffrance et de l’autonomie. Cette démarche doit se faire dans un environnement propice (au calme, entouré de gens que vous aimez…) et au moment où vous vous en sentez prêt. 

Parlez-en autour de vous !

Les personnes les plus aptes à vous épauler pour écrire vos directives anticipées sont celles qui vous connaissent bien. Cette réflexion autour de la fin de vie peut être l’occasion de discuter avec votre famille, avec vos amis, avec votre personne de confiance

Parlez-en aussi à votre médecin traitant. Il pourra vous aiguiller dans la rédaction, vous montrer les différents cas de figure possibles, les traitements envisageables, le rôle de la personne de confiance… Cette personne, qui connaît précisément votre état de santé et le but des directives anticipées, est la mieux placée pour vous conseiller.

Vous pouvez aussi échanger sur le sujet avec vos soignants et le personnel médical si vous êtes à l’hôpital ou en maison de retraite ou encore avec des associations spécialisées ou des bénévoles d’accompagnement. Si vous êtes croyant, vous pouvez également dialoguer avec une personne qui pratique le même culte ou un conseiller spirituel.

Ce qu’il faut écrire dans vos directives anticipées

Vous êtes libre de mentionner tout ce qui vous passe par la tête et qui aurait un impact sur les décisions médicales à prendre au cours de votre fin de vie. Vous pouvez ainsi évoquer vos valeurs, vos croyances, vos convictions personnelles ou tout autre aspect important de votre vie.

Partagez vos peurs, vos angoisses (la peur de souffrir ou d’être seul par exemple) ainsi que les traitements médicaux que vous acceptez et ceux que vous refusez. Vous pouvez évoquer l’assistance respiratoire, les sondes d’alimentation, les différents traitements de la douleur physique…

Mentionnez ensuite les conditions dans lesquelles vous souhaitez vivre votre fin de vie. Vous pouvez demander la présence des personnes qui vous sont chères, un lieu précis pour finir votre vie (chez vous ou à l’hôpital), un accompagnement spirituel ou psychologique (death doula)….

Repensez-y de temps en temps

Faites le point de temps en temps sur ce que vous aviez écrit et votre réflexion actuelle, votre état de santé. Vous pourrez ainsi revenir sur ce document et le mettre à jour pour qu’il soit le plus en adhésion possible avec votre volonté.

A lire : Directives anticipées : pourquoi et comment les rédiger ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Faire défiler vers le haut

Inscrivez-vous à notre newsletter