Directives anticipées : comment choisir une personne de confiance ?

Choisir une personne de confiance à qui confier ses directives anticipées

@craftedbygc on Unsplash

Les directives anticipées sont très utiles lorsqu’il s’agit de prendre des décisions médicales d’une personne en fin de vie ou qui ne peut plus exprimer ses souhaits. C’est un document précieux, que vous pouvez rédiger dès 18 ans et le transmettre à une personne de confiance, chargée de faire-valoir vos choix le moment venu. Voici nos conseils pour la choisir.

Directives anticipées : qui choisir comme personne de confiance ?

D’après la loi du 2 février 2016, la personne de confiance doit être majeure. Vous pouvez la choisir parmi votre famille, vos amis, votre médecin traitant… Ce doit être une personne en qui vous avez parfaitement confiance et qui veut bien endosser ce rôle important.

Directives anticipées : comment désigner une personne de confiance ?

Désigner sa personne de confiance doit impérativement se faire par écrit, sur un papier libre ou à l’aide d’un formulaire. N’oubliez pas de signer, de dater et de faire signer la personne en question. Précisez bien son nom et prénom ainsi que ses coordonnées pour qu’elle soit contactée le plus rapidement possible en cas d’urgence. Si vous ne pouvez pas écrire, vous pouvez demander à deux tiers de rédiger des lettres attestant que cette désignation est bien votre choix.

Par ailleurs, vous pouvez, à n’importe quel moment, changer de personne de confiance en l’attestant par écrit ou à l’oral devant deux témoins. N’oubliez pas de notifier à votre ancienne personne de confiance qu’elle n’a plus ce rôle et de détruire la précédente lettre de désignation. Si vous êtes sous tutelle, vous pouvez rédiger cette désignation avec l’accord du juge ou du conseil de famille.

Si vous n’avez pas encore rédigé vos directives anticipées, voici nos conseils.

Publicité
Artombal Monuments Funéraires Modernes


Personne de confiance : quel est son rôle ?

Si vous pouvez encore exprimer votre volonté, cette personne à un rôle d’accompagnant. Elle peut vous aider à prendre des décisions liées à votre santé, être à vos côtés pour vos démarches  et assister à vos consultations médicales. Cela implique d’informer cet individu de votre état de votre santé et donc de lui donner accès à votre dossier médical. En revanche, elle peut en prendre connaissance uniquement en votre présence et a un devoir de confidentialité. De plus, n’oubliez pas de lui faire part de vos directives anticipées et du lieu où vous conserverez le document. Vous pouvez également les lui remettre en double exemplaire.

Si vous n’avez plus la capacité d’exprimer vos souhaits concernant les soins médicaux, la personne de confiance joue le rôle de porte parole auprès du personnel de santé. Cette personne sera la première personne consultée par l’équipe médicale chargée de vos soins. Elle devra transmettre vos volontés concernant la mise en place ou l’arrêt des traitements, la réanimation et le maintien artificiel de vos organes vitaux. Sa parole sera plus importante que toute autre car elle sera à l’image de vos souhaits. Elle devra également transmettre vos directives anticipées au corps médical. Elle ne sera en aucun cas chargée de prendre des décisions concernant vos soins mais s’exprimera pour vous.

Qui informer de l’identité de votre personne de confiance ? 

Il est important de prévenir vos proches de l’existence de votre personne de confiance, du document de désignation et de son lieu de conservation. Précisez également à votre médecin son identité et faites mettre le document  dans votre dossier médical. Vous pouvez aussi le conserver sur vous et/ou le confier à la personne en question.

Sur le même sujet :