Directives anticipées : pourquoi et comment les rédiger ?

Rédiger ses directives anticipées

@alvaroserrano on Unsplash

En France, seul 13% des plus de 50 ans écrivent leurs directives anticipées. L’affaire Vincent Lambert a pourtant démontré l’importance de cette pratique peu répandue et a le mérite de bousculer certains d’entre nous. Et si c’était moi ? Quels auraient été mes souhaits ? Ma famille aurait-elle su quelles décisions prendre ? Pour éviter de se poser ce genre de questions, un document existe. Les directives anticipées permettent d’exprimer ses choix concernant sa fin de vie. On vous en dit plus.

Les directives anticipées, qu’est-ce que c’est ?

Les directives anticipées permettent de mentionner par écrit vos volontés concernant les décisions médicales à prendre à la fin de votre vie. Ces directives s’appliquent lorsque quelqu’un n’est plus en capacité d’exprimer son avis. Elles s’imposent à l’équipe médicale qui encadre le patient et permettent d’exprimer son souhait d’engager, de limiter ou d’arrêter les traitements ou les actes médicaux en cas de « perte définitive » de conscience. Rédiger ces directives anticipées n’est pas une obligation mais un droit depuis la loi Leonetti du 22 avril 2005, loi relative aux droits des malades et à la fin de vie. Toute personne majeure peut les rédiger. Si la personne n’est plus en état d’écrire, elle peut le faire rédiger par une tierce personne, en présence de deux témoins. Enfin, en cas de mise sous tutelle, les directives anticipées doivent être rédigées avec l’autorisation du juge ou du conseil de famille.

Comment conserver cette déclaration ?

Ecrire ses dernières volontés est une démarche utile mais si personne ne les trouve, elles ne serviront à rien. Il faut donc vous assurer que ces directives anticipées seront facilement accessibles en cas d’accident ou d’incapacité à exprimer une volonté. Il est donc important d’informer votre médecin ou vos proches de leur existence et du lieu où vous les conservez. Vous pouvez aussi les glisser dans votre portefeuille ou demander à votre médecin ou à votre équipe médicale, si vous êtes à l’hôpital, de les ajouter à votre dossier médical.

Comment désigner ma personne de confiance ?

Le plus judicieux serait de confier également cette déclaration à vos proches ou à une « personne de confiance » qui sera alors habilitée à exprimer vos volontés au moment où vous ne le pourrez plus. Rassurez-vous, vous pourrez actualiser ces directives à tout moment voire les annuler. Cette personne de confiance doit obligatoirement être majeure, selon la loi du 2 février 2016. Il peut s’agir d’un membre de votre famille, d’un ou d’une ami.e ou encore votre médecin traitant. Attention, la désignation de cette personne de confiance doit se faire par écrit. Il faut préciser le nom, le prénom ainsi que les coordonnées de la personne choisie.

Lire aussi : Comment choisir une personne de confiance ?

Publicité
Artombal Monuments Funéraires Modernes

Comment rédiger vos directives anticipées ?

Pour les rédiger, vous pouvez demander conseil à votre médecin. Il vous aidera alors à visualiser les types de situations qui peuvent se présenter en fin de vie et les choix qui s’offrent à vous en conséquence. C’est un document juridique très simple à rédiger. Contrairement à de nombreux document officiels, nul besoin de faire appel à un notaire ou un avocat, ni de l’enregistrer, comme c’est le cas pour un testament.

Modèle gratuit de directives anticipées

Vous pouvez écrire vos directives anticipées à l’aide de nos conseils sur un papier libre, en datant et signant le document ou utiliser le modèle gratuit de directives anticipées disponible en ligne. Cela vous garantira de ne pas omettre d’élément important.

Sur le même sujet :