Dispersion des cendres : un dernier vol par drone !

Une société de pompes funèbres propose la dispersion des cendres de votre défunt dans la baie du Mont Saint-Michel par drone ! Une idée unique en France.
Baie du Mont Saint-MichelCrédit : Julio Gago sur Unsplash

Une dernière marque du temps avant l’éternité

Sur un petit terrain en bordure de la Baie du Mont Saint-Michel, une famille s’est réunie pour disperser les cendres de leur proche. Devant elle, un petit hélicoptère téléguidé, un drone plus exactement. L’appareil décolle sous un ciel dégagé, et l’on aperçoit l’abbaye au loin. Quelques minutes plus tard, le drone s’avance au-dessus de la baie, et laisse s’écouler les cendres tel un sablier. Une dernière marque du temps avant l’éternité. Après quelques minutes, les cendres s’en sont allées. La marée viendra les chercher pour les amener avec elle vers le large.

Un service unique en France

Ce service unique en France a été mis au point par Envol funér’air qui a procédé à sa première dispersion de cendres par drone le 18 mai 2019. « Le premier dispersé était dans la marine mais cette formule de dispersion des cendres séduit aussi les amateurs de saut à l’élastique et de parachute » raconte Jean de Montgolfier, le fondateur d’Envol funér’air. Cet ancien pilote, devenu conseiller funéraire, a voulu mettre son expérience au service des familles. « J’ai 30 ans d’expérience dans l’aéronautique. Souvent, on me demandait si je pouvais disperser des cendres par avion. J’y ai réfléchi. Mais un avion, il faut l’acheter, l’entretenir. Ça coute très cher. J’ai ensuite pensé à l’ULM, plus accessible. Et puis finalement, j’ai trouvé la meilleure solution : un drone. »

 

Jean de Montgolfier et son drone de dispersion des cendres devant la baie du Mont Saint-Michel
Jean de Montgolfier et son drone de dispersion des cendres

L’appel du ciel

Appartenant à la famille de Montgolfier, inventeurs de la montgolfière, Jean de Montgolfier perpétue cet héritage à sa manière. Après trois ans de développement avec un bureau d’étude, son prototype est prêt. Il fallait développer un appareil capable de supporter le poids des cendres et un système de dispersion « respectueux pour les familles » explique t-il. « Si vous voyez les photos de dispersion par avion, vous verrez des cendres revenir dans la cabine ou apercevrez un gros nuage de cendres chuter d’un seul coup, sans compter les traces sur la carlingue… Avec ce drone, la dispersion dure entre 2 et 3 minutes, comme un sablier. C’est beaucoup plus doux et sa maniabilité permet de dessiner des motifs dans le ciel si la famille le souhaite. »

Une dispersion des cendres par drone légalement cadrée

Jean de Montgolfier a étudié la situation avant d’installer sa société au bord de la baie du Mont Saint-Michel. En effet, la loi funéraire interdit de disperser des cendres en mer à moins de 300 mètres des côtes. Et le règlement aérien limite la portée des drones à un kilomètre de leur pilote. Ainsi, le drone ne peut disperser les cendres qu’entre 300 mètres et un kilomètre de la côte. Et pas question de déverser les cendres sur le Mont St-Michel : le monument ne peut pas être survolé à moins de trois kilomètres à la ronde.

Lire aussi : Dispersion des cendres : ce qu’il faut savoir

Bientôt, d’autres dispersions par drone dans toute la France ?

« Bien sûr, j’ai reçu des demandes de dispersion dans d’autres lieux. Techniquement, c’est possible. En revanche, pour chaque zone, il faut demander une autorisation à la Direction générale de l’aviation civile française et cela peut prendre du temps », explique le créateur. Pour l’heure, il faudra donc se contenter de ce lieu mythique. Un geste d’adieu original qui a un coût : entre 590 € et 840 €. La formule la plus élevée permet à la famille de suivre en direct la dispersion sur un écran, grâce à une caméra fixée sur le drone, mais aussi de conserver la vidéo.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Faire défiler vers le haut

Inscrivez-vous à notre newsletter