Urne funéraire : comment la choisir ?

Urne-funeraire-sable

Le prix d’une urne funéraire varie énormement d’un modèle à l’autre, alors comment choisir ? Voici les principaux critères à retenir.

Aujourd’hui, le marché permet de choisir une urne funéraire parmi une offre très vaste. On en trouve à tous les prix, à partir de 30 € pour une urne en carton et jusqu’à plusieurs milliers d’euros pour un modèle artisanal. Il en existe dans toutes les matières (acier, résine, pierre, verre soufflé, céramique, carton…) mais aussi dans des formes très diverses (sphère, cube, tortue…). Et comme ce contenant n’a pas à répondre à un code d’ordre légal, libre à vous d’opter pour le design qui vous inspirera le plus.

Publicité
Artombal Monuments Funéraires Modernes


Inhumation ou dispersion des cendres : des urnes différentes en fonction de leur destination

Au-delà du coup de cœur, il faut néanmoins tenir compte de la destination finale de l’urne. Sera-t-elle placée dans un columbarium ou scellée sur un monument funéraire, ce qui implique de se soucier de ses dimensions et de sa forme (cubique de préférence) afin qu’elle entre dans l’espace dédié ?

Sera-t-elle immergée dans la mer, ce qui implique qu’elle soit biodégradable ou servira-t-elle uniquement à transporter les cendres avant dispersion ? Auquel cas, l’un d’entre vous souhaitera peut-être la conserver vide, chez lui, et la transformer en objet de décoration.

À découvrir

  • Vous souhaitez réaliser une dispersion de cendres originales ? Des bateaux et drones spécialisés peuvent vous accompagner, retrouvez-les sur notre annuaire des professionnels
  • L’entreprise Sinaling vous propose des urnes en porcelaine sur-mesure, modelées en hommage à leur destinataire

Optez pour une urne biodégradable

Il existe enfin des urnes biodégradables, confectionnées en carton, sable ou sel compressé, bois ou fibres. Néanmoins, si on entend faire un dernier geste pour la planète, mieux vaut avoir connaissance de son pays d’origine (ce qui n’est pas toujours évident) pour se faire une idée de son bilan carbone ! En effet, une urne en bambou perd de son intérêt si elle vient du bout du monde.

Notez d’ailleurs que de plus en plus de familles gardent précieusement l’écrin de leur défunt dans l’idée de s’en resservir pour un futur décès. Au-delà de l’aspect économique, elles aiment l’idée symbolique de se transmettre cet objet, symbole de notre finitude.

Lire aussi