Un évènement, une histoire à partager à la communauté Happy End ? Je partage mon témoignage

Depuis mes premiers pas sur ce long chemin de torture que l’on appelle le deuil, que j’ai fini par rebaptiser mon chemin de transformation, je me suis demandée de quoi on pourrait avoir besoin pour avancer, nous, parents endeuillés.

Le constat s’est fait très vite évident : d’un soutien administratif, psychologique et financier. Et malheureusement, aussi rapidement que s’est fait ce constat, j’ai subi, plus qu’observé, ce que la société avait à nous offrir : rien, un soutien inexistant sur tous les plans. En tous cas pour ce qui est de mon cas.

Bien sûr, il arrive parfois qu’un parent raconte avoir été bien accompagné par l’hôpital où son enfant est décédé ou comme l’administration a bien fait le job. Mais ces témoignages sont tellement rares, que j’en suis vite arrivée à la conclusion que nous n’étions pas aidés.

Des parents endeuillés abandonnés par la société

Il est évident que cet abandon est le symptôme d’une société dans laquelle la mort est tellement taboue que l’on cherche à la cacher, à l’anesthésier. Combien sont les personnes, croisées sur ma route, qui m’ont demandé, à chaque fois, si je prenais des anxiolytiques, des antidépresseurs ou si j’avais enfin contacter un psychiatre.

Car, bien sûr, eux savaient mieux que moi et étaient emplis de certitudes. Et moi, face à eux, je me retrouvais bien seule et complètement perdue. Une certitude ne m’a pas quittée, cependant. Je ne suis pas malade, j’ai perdu ma fille. J’ai le cœur écorché vif. Et sur ce chemin, j’ai besoin d’être accompagnée, guidée. J’ai seulement besoin d’entendre que je vais survivre à cette souffrance ultime.

Lire aussi : Non, mon fils n’est pas un ange


Apprendre à apprivoiser sa peine

Une psychiatre, j’ai fini par aller en voir une c’est vrai, à force de douter de mes propres capacités et de m’être auto-convaincue que je faisais un déni. Et cette psychiatre m’a proposé que l’on ne se revoit pas. Je n’étais pas malade, elle ne pouvait rien pour moi. Alors qu’est ce qu’il me restait à faire ? Qu’est ce qu’on peut faire nous, parents endeuillés, pour apprivoiser notre peine ?

On se débrouille ! C’est un autre constat que j’ai fait rapidement. Constat qui me sera confirmé au cours de mes accompagnements au sein de l’association Les mamans lumineuses et les papas aussi, que j’ai créée avec deux autres mamans, Caroline Chevalier et Hélène Gisserot.

Des accompagnements auprès de dizaines d’autres parents qui ont, pour la plupart, le sentiment d’avoir été abandonnés par la société. Alors même que, et je le constate à chaque fois que je quitte une maman après un entretien individuel, ce dont nous avons besoin, c’est d’être mieux accompagnés.

Participer activement à sa transformation

Accompagné et écouté, ne plus être laissé seul à la dérive sur ce long chemin tortueux qu’est le deuil. S’entendre dire que ce que nous vivons est normal. Car combien de mamans et de papas ont eu la sensation que ce qu’ils vivaient n’appartenaient qu’à eux ? Alors que nous vivons des émotions tellement communes, que le simple fait de les partager, nous permet déjà d’alléger notre peine.

En tant qu’accompagnante, je ne pourrais jamais supprimer la douleur de l’autre. Mais en étant là, en partageant nos expériences, nous apprenons à appréhender nos nouveaux fonctionnements, nous participons activement à notre transformation. Car c’est bien de cela qu’il s’agit : une transformation ! Nous ne serons jamais plus celles et ceux que nous avons été et nous devons apprendre à créer ce nouveau lien avec notre enfant, tout en devenant différent·e.

Lire aussi : Thérapeutes : elles se spécialisent dans les maux du deuil

Des référents deuil dans chaque ville de France

Souvent, quand nous recevons les témoignages de parents qui nous remercient de les accompagner, je me demande comment il est possible que cela ne soit pas en place dans chaque ville de France ? Chaque ville de France devrait posséder son référent deuil. De la même manière que dans chaque entreprise de France, il existe des obligations en matière de sécurité pour prévenir les accidents. En tant que responsable sécurité au travail, je suis bien placée pour savoir que les référents sécurité, c’est la base ! Alors, à quand des référents deuil au niveau des plus grandes entreprises publiques de France, à savoir les villes ? Un lieu ressource où chaque parent sait qu’il est possible de trouver du réconfort, des oreilles attentives et un accompagnement vers le mieux-être ?

Être accompagné vers le mieux-être

Le mieux-être, parlons-en justement. Au début de ce chemin de transformation, le mieux-être est presque considéré comme un gros mot. Comment imaginer aller mieux alors que notre enfant est parti ? C’est un non-sens. On ne veut pas aller mieux, on veut même souvent le rejoindre. Et puis, doucement, on recommence à prendre soin de qui l’on devient. Parce que c’est aussi apprendre à prendre soin du lien qui nous liera éternellement à notre enfant.

Il faut du temps, de la douceur envers soi-même et accepter que ce chemin ne sera pas linéaire. Comme des surfeurs amateurs, nous serons tantôt en haut de la vague, et bien souvent, au début du moins, dans le creux de celle-ci. Mais bien accompagnés, nous ne serons jamais seuls. C’est tout l’intérêt de contacter une association et de rejoindre un groupe de paroles.

L’intérêt aussi, pour l’administration, de mettre en place des structures reposant sur les associations existantes, afin de donner les moyens aux référents deuil de pouvoir accompagner dignement chaque parent. C’est toute une chaîne de solidarité qui doit se mettre en place et qui, à terme, sera un gage pour les parents en deuil, qu’une meilleure réinsertion dans la vie sociale est possible. Autrement, mais plus sûrement.

Le projet Axelle pour mieux accompagner le deuil des parents

Mieux accompagner c’est aussi envisager d’autres possibles, allant au-delà de la simple rencontre avec un psychiatre ou de la prise de médicaments. Je n’ai rien contre, bien sûr, lorsque le deuil devient pathologique. Mais ce n’est pas le cas pour un grand nombre de parents. Réapprendre à prendre soin de soi par l’écoute, les massages, la pratique du yoga, l’acupuncture, la méditation de pleine conscience ou encore l’ostéopathie.

Autrement dit, tout ce qui est aujourd’hui considéré comme médecine alternative et mal, voire pas du tout, remboursé par la sécurité sociale. Et ce, alors même que leurs bienfaits sont reconnus. Mais ces alternatives ont un coût.

C’est pour cette raison que notre association porte le projet Axelle. Une liste de 6 propositions détaillées, regroupées dans un livre blanc, pour concevoir un accompagnement digne des parents endeuillés sur les plans administratif (récupération des certificats de décès pour transmission, informations, permanence administrative ponctuelle), psychologique (envoi d’un courrier de condoléances avec les informations utiles, visite d’un référent deuil tous les 3 mois au domicile) et financier (prise en charge des médecines dites non-conventionnelles sur une durée de 2 ans, à hauteur de 1500 €, suivi avec un référent deuil pour éviter les dérives).

Lire aussi : Deuil : quels accompagnements possible ?

Cheminer pour notre propre transformation

Le chemin de deuil n’a pas de fin. Il va se modifier et s’adapter au fil de notre propre transformation. Parfois, il sera doux et bordé de fleurs odorantes. Et puis parfois, il sera difficile, brumeux, inaccessible. Il faudra alors prendre le temps de s’arrêter, accepter de ménager ses forces, avant de continuer.

Parents endeuillés, on est tous sur ce chemin, bien plus solidaires que ce que notre société nous laisse envisager. Mais on est aussi seul décisionnaire du chemin que l’on veut emprunter. Un pas après l’autre et chacun à son rythme. Parce que notre mantra, c’est toujours celui-ci : seul on va plus loin, mais ensemble on est plus forts.

À lire aussi : 

Commentaires

  • Karin Pennec
    Karin Pennec
    Le 19/09/23

    Bonsoir Sandra,
    Je te remercie pour ton témoignage qui fait écho à ce que je ressens. J’aimerais être une référente deuil dans ma commune finistérienne. Aurais- tu des conseils? Des contacts ? N’hésite pas à me contacter par mail. Karin

  • Tomatis Balicco Pascale
    Tomatis Balicco Pascale
    Le 19/09/23

    Bonjour Sandra
    Pour moi c’est un peu différent
    J’ai un suivi psychiatrique car j’ai mis 2 ans à entrer en deuil.
    J’ai été prévenue du décès de Mathieu
    Mais je n’ai pas pu aller le voir à Miami à cause du Covid.
    Il y a eu beaucoup de documents contradictoires sur le jour de son décès.
    Je suis restée en choc traumatique pendant un an et demi. Car je n’ai pas vu son corps et mon cerveau a imaginé de choses horribles. J’ai un excellente psychiatre qui m’aide beaucoup à avancer. Des metits pas de foumis mais j’avance.
    Depuis que je suis sur ton site je peux dire que j’avance.
    C’est tellement rassurant pour moi de voir que je n’ai pas complètement perdu la raison.
    J’ai lu ton livre. Le seul que j’ai réussi à lire. C’est vraiment une oeuvre d’amour.
    Merci pour tout à toi et toutes les autres mamanges

    • Sandra Giessinger
      Sandra Giessinger
      Le 19/09/23

      Merci pour ton message. Oui, tu vuvais un trauma qui nécessitait un accompagnement médicalisé et c’est une chance que cela existe. Aujourd’hui, je suis heureuse de sentir que tu t’apaises doucement. Merci pour ton retour et ton soutien ❤

  • Robitaillie
    Robitaillie
    Le 12/09/23

    Merci chère Sandra et bravo pour votre beau témoignage ainsi que vos initiatives que je salue
    Je suis bénévole accompagnante pour Jalmalv depuis 20 ans, y ai été présidente et n ai vécu la perte d’un être cher « que » l’année dernière.
    Ce fut un tsunami malgré tous les vécus et expériences que j’avais faite avant
    Et je partage avec vous et avec Happy end, la place inexistante qu’à la fin de vie et la mort dans notre société alors que nous sommes tous concernés à un moment de notre vie
    Belle continuation a vous
    Elizabeth

    • Sandra Giessinger
      Sandra Giessinger
      Le 19/09/23

      Bonjour Elizabeth,
      Merci d’avoir pris le temps de m’écrire ce message. Ces encouragements sont importants pour nous. Belle journée et vous pouvez nous suivre sur instagra ou Facebook.

5 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Happy End, responsable de traitement, collecte et publie vos commentaires pour vous permettre de partager vos avis. Nous vous invitons à ne pas communiquer vos données personnelles sensibles car votre commentaire va être public. Pour plus d’informations sur le Traitement de vos Données à caractère personnel par Happy End, veuillez consulter notre politique de confidentialité.

Je vis un deuil

Chaque deuil est unique. Nous vous proposons un accompagnement adapté à votre situation.

Des articles sélectionnés pour vous

“À 15 ans, ma fille a vécu la fin de vie et la mort dont elle rêvait”

“À 15 ans, ma fille a vécu la fin de vie et la mort dont elle rêvait”

Antoine mon fils : mon enfant est décédé d’un accident domestique

Antoine mon fils : mon enfant est décédé d’un accident domestique

« Un deuil, ça swingue ! » : le témoignage d’un papa endeuillé

« Un deuil, ça swingue ! » : le témoignage d’un papa endeuillé

Congé décès enfant : les députés votent pour l’allongement du congé à 12 jours

Congé décès enfant : les députés votent pour l’allongement du congé à 12 jours

“Aller bien”, cette injonction sociétale qui n’épargne pas les parents endeuillés

“Aller bien”, cette injonction sociétale qui n’épargne pas les parents endeuillés

Fêter l’anniver-ciel de Maëlyne nous aide à la faire vivre malgré sa mort

Fêter l’anniver-ciel de Maëlyne nous aide à la faire vivre malgré sa mort

Une pétition contre les frais bancaires appliqués à la clôture du compte d’un enfant décédé

Une pétition contre les frais bancaires appliqués à la clôture du compte d’un enfant décédé

« 5 choses que j’ai apprises après la mort de mon fils »

« 5 choses que j’ai apprises après la mort de mon fils »

Mort d’un enfant : deux papas brisent le silence

Mort d’un enfant : deux papas brisent le silence

Deuil d’un enfant : un plan de l’État pour mieux accompagner les parents

Deuil d’un enfant : un plan de l’État pour mieux accompagner les parents