Un évènement, une histoire à partager à la communauté Happy End ? Je partage mon témoignage

Je n’utilise jamais les noms pourtant fréquemment rencontrés dans le domaine du deuil d’un enfant : « ange », « mamange » ou encore « bébé arc-en-ciel ».

Roman n’est pas un bambin potelé qui danse dans les nuages 

Alors non, Roman n’est pas un ange. Je ne l’ai jamais envisagé ainsi, pas une seconde. Outre le fait que je déteste les dogmes religieux, je trouve l’image de l’ange délicatement édulcorée pour désigner ce qu’on vit. Tout comme l’appellation « mamange » ou encore « parange » qui est si douce qu’elle donnerait presque l’impression d’un titre honorifique. On est loin, très loin, du fardeau qu’on se traîne au quotidien.

Roman n’est pas un bambin potelé qui danse dans les nuages. Je regarde vers le ciel car je ne sais pas vers où projeter mon regard désespéré mais je ne le vois pas ainsi. Quand je me le représente, il est ce petit garçon de trois ans qui coexiste de son côté du voile. Il est mon fils, mon Veilleur, mon amoureux des arbres. Il n’est pas « au ciel », il est Ailleurs. Ou décédé, selon mon interlocuteur.


Je ne suis pas une mamange, juste une maman endeuillée

Petite Pousse n’est pas un bébé arc-en-ciel, parce que l’arc-en-ciel vient après la pluie, et qu’ici la pluie n’a jamais complètement cessé. Elle n’est pas là pour guérir qui que ce soit en effaçant le drame qui nous a meurtris. Elle est là pour elle-même, elle s’intègre dans notre histoire sans la modifier. C’est pour cela que je préfère la designer comme « enfant d’après », ça marque sa particularité au contraire, ça évoque aussi toute l’épuisante ambivalence de cette parentalité particulière.

Je ne suis pas une mamange, juste une maman endeuillée. Personne n’aurait envie de porter ce qualificatif, parce qu’il sent la lourdeur, le chagrin sans fin, l’arrachement à vif. Il sonne juste, il dit vrai.

Quitte à abattre les tabous, je préfère bien choisir mes mots. Je laisse les plus doux à ceux qui s’y retrouvent, que je respecte parfaitement dans leur choix. On vit tous cela comme on le peut. Mais non, mon fils n’est pas un ange. C’est ma tendresse de petit garçon.

Ce témoignage a été publié par Coralina Den, créatrice du compte Instagram @air_et_ailes

Lire aussi : 

Commentaires

Aucun commentaire pour le moment.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Happy End, responsable de traitement, collecte et publie vos commentaires pour vous permettre de partager vos avis. Nous vous invitons à ne pas communiquer vos données personnelles sensibles car votre commentaire va être public. Pour plus d’informations sur le Traitement de vos Données à caractère personnel par Happy End, veuillez consulter notre politique de confidentialité.

Je vis un deuil

Chaque deuil est unique. Nous vous proposons un accompagnement adapté à votre situation.

Des articles sélectionnés pour vous

“Aller bien”, cette injonction sociétale qui n’épargne pas les parents endeuillés

“Aller bien”, cette injonction sociétale qui n’épargne pas les parents endeuillés

Elise Traclet : avec ses « Roches qui dansent », elle réinvente l’art funéraire

Elise Traclet : avec ses « Roches qui dansent », elle réinvente l’art funéraire

Mort d’un enfant : deux papas brisent le silence

Mort d’un enfant : deux papas brisent le silence

Perdre un enfant m’a mis à terre mais m’a révélé à moi-même

Perdre un enfant m’a mis à terre mais m’a révélé à moi-même

Décès d’un enfant : 7 comptes Instagram qui brisent le tabou

Décès d’un enfant : 7 comptes Instagram qui brisent le tabou

« J’ai perdu mon fils mais je lui transmets de l’amour tous les jours »

« J’ai perdu mon fils mais je lui transmets de l’amour tous les jours »

Perte d’un enfant : ce tabou administratif qui nous tue une deuxième fois

Perte d’un enfant : ce tabou administratif qui nous tue une deuxième fois