Un évènement, une histoire à partager à la communauté Happy End ? Je partage mon témoignage

En mai dernier, l’association Eva pour la vie a recueilli plusieurs témoignages de parents en deuil affirmant avoir dû régler des frais de dossier exorbitants auprès de leur banque afin de faire clôturer le livret épargne de leur enfant décédé.

Jusqu’à 300 euros de frais bancaires pour clôturer le compte d’un enfant décédé

“Une maman qui a perdu son fils de 8 ans alerte Eva pour la vie d’une situation choquante. Les parents avaient ouvert un livret A pour leur enfant et mis un peu d’argent dessus. Au décès de l’enfant, La Banque Postale a décidé de prélever 138 euros au titre de frais d’ouverture de dossier de succession. Il aura fallu plus d’un an pour que la banque lui reverse les fonds économisés pour l’avenir de son enfant.”, explique l’association sur son site internet.

Pour dénoncer cette pratique observée par plusieurs banques, l’association a réalisé une enquête auprès de 200 familles touchées par la perte d’un enfant. Les résultats sont sans appel : 60% d’entre elles ont dû régler des frais allant de 100 € à 300 €. Un montant qui vient ébranler les parents en deuil,« d’autant que le livret A est, par excellence, le symbole même de l’avenir que l’on projette pour son enfant.« , déplore Corinne Vedrenne, présidente de l’association.

Témoignage : Perte d’un enfant, le tabou administratif qui nous tue une deuxième fois


Une pétition et une première victoire pour les parents en deuil

Suite aux révélations choquantes de l’enquête, l’association a également lancé une pétition sur change.org “Stop aux frais bancaires pour le clôture du compte d’un enfant défunt” afin de réclamer la cessation immédiate des frais de successions appliqués par les banques. Actuellement, plus de 46 038 personnes ont signé sur un objectif de 50 000 signatures.

Face à la pression et la médiatisation de leur action, La Banque Postale et LCL se sont engagées à stopper ces frais de succession. Une première victoire pour l’association Eva pour la vie et les parents touchés par la perte d’un enfant. Corinne Vedrenne, la présidente, a affirmé suite à cette annonce, qu’elle comptait poursuivre son combat, jusqu’à ce que l’ensemble des établissements bancaires français en fasse de même. « Les établissements bancaires doivent soumettre des propositions concrètes, opérationnelles et rapides sur ce sujet. […] Les frais de succession sont un sujet très irritant pour les Français. Ils sont d’autant plus injustifiables lorsqu’il s’agit du décès d’un enfant« , a déclaré le Ministère de l’économie.

Lire aussi : 

Commentaires

  • Lecat
    Lecat
    Le 12/07/22

    Je suis contre les frais bancaires pour clôturer le compte d’un enfant décédé.

    • Axelle Faivret
      Axelle Faivret
      Le 13/07/22

      Bonjour,
      Si vous souhaitez faire savoir votre désaccord, vous pouvez signer la pétition ici : Je signe la pétition

2 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Happy End, responsable de traitement, collecte et publie vos commentaires pour vous permettre de partager vos avis. Nous vous invitons à ne pas communiquer vos données personnelles sensibles car votre commentaire va être public. Pour plus d’informations sur le Traitement de vos Données à caractère personnel par Happy End, veuillez consulter notre politique de confidentialité.

Je vis un deuil

Chaque deuil est unique. Nous vous proposons un accompagnement adapté à votre situation.

Des articles sélectionnés pour vous

Maman endeuillée, je ne suis pas malade !

Maman endeuillée, je ne suis pas malade !

Antoine mon fils : mon enfant est décédé d’un accident domestique

Antoine mon fils : mon enfant est décédé d’un accident domestique

« Un deuil, ça swingue ! » : le témoignage d’un papa endeuillé

« Un deuil, ça swingue ! » : le témoignage d’un papa endeuillé

Congé décès enfant : les députés votent pour l’allongement du congé à 12 jours

Congé décès enfant : les députés votent pour l’allongement du congé à 12 jours

“Aller bien”, cette injonction sociétale qui n’épargne pas les parents endeuillés

“Aller bien”, cette injonction sociétale qui n’épargne pas les parents endeuillés

Fêter l’anniver-ciel de Maëlyne nous aide à la faire vivre malgré sa mort

Fêter l’anniver-ciel de Maëlyne nous aide à la faire vivre malgré sa mort

« 5 choses que j’ai apprises après la mort de mon fils »

« 5 choses que j’ai apprises après la mort de mon fils »

Mort d’un enfant : deux papas brisent le silence

Mort d’un enfant : deux papas brisent le silence

Deuil d’un enfant : un plan de l’État pour mieux accompagner les parents

Deuil d’un enfant : un plan de l’État pour mieux accompagner les parents

Perdre un enfant m’a mis à terre mais m’a révélé à moi-même

Perdre un enfant m’a mis à terre mais m’a révélé à moi-même