Un évènement, une histoire à partager à la communauté Happy End ? Je partage mon témoignage

Très vite après la perte de notre enfant, on attend de nous que l’on « fasse » notre deuil, qu’on « tourne la page », choses complètement impensables lorsque l’on a perdu ce qu’on avait de plus cher au monde. Pourtant, rares voire parfois absentes sont les personnes à encourager un parent endeuillé à prendre le temps qui lui sera nécessaire. D’ailleurs, il suffit de voir à combien de jours d’arrêt on a le droit quand on perd son enfant. Révélateur de cette obligation à vite s’en remettre et, surtout, redevenir opérationnel.

On s’accroche à un sourire de façade 

Alors plus le temps file, plus on passe maître dans l’art de la dissimulation. Chaque jour, on s’accroche un sourire de façade dès que l’on passe sa porte, parce qu’il le faut, parce que personne ne peut comprendre qu’après trois ou cinq ans, on puisse encore pleurer n’importe quand. Cet effort permanent épuise, isole et a l’effet inverse: on ne va pas forcément mieux.

Reconnaître qu’on ne va pas bien est risquer de se voir étiqueté « auto complaisant » ou encore traversant un deuil devenu « pathologique ». Dans cette société qui apprend à cacher les larmes comme choses honteuses, on refuse tout autant le chagrin qui ne passe pas. Pourtant, perdre son enfant, on ne le digère jamais. Alors, parfois, on va bien. Et d’autres, on n’en peut plus.


Il est normal d’aller mal 

Il n’y a pas de honte à pleurer son enfant, après 6 mois, 5 ans ou 20 ans. C’est sain. On évacue le trop-plein, on en a besoin.
Ce n’est pas anormal d’aller se recueillir sur sa tombe, de changer les fleurs, d’allumer une bougie. C’est ainsi qu’on prend soin de sa blessure à l’âme. Personne ne guérit d’une blessure grave en l’ignorant. Le deuil c’est pareil.

Dans cette société qui vit à toute vitesse et qui nous demande de suivre sans jamais faillir, cette société qui musèle soigneusement toute expression de tristesse ou de mal-être, il est normal d’aller mal. On a des jours avec et des jours sans. Même après des années. On ne le digère jamais.

Ce témoignage a été publié par Coralina Den, créatrice du compte Instagram @air_et_ailes

Lire aussi : 

Commentaires

  • sophie
    sophie
    Le 21/06/23

    quand j’ai perdu mon mari à 32 ans, mon médecin de famille a insisté pour me mettre sous anti dépresseurs. j’ai refusé, demandant mon droit au deuil. 3 mois après la perte de ma moitié, ma tristesse dérangeait ! ce n’était pas normal.
    Mon médecin m’avoua qu’il avait insisté car mon père lui avait demandé, me jugeant trop fragile. Après un petit rappel du principe de secret médical, j’ai juste expliqué à ce médecin qu’aucune drogue n’apaiserait ma peine.

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Happy End, responsable de traitement, collecte et publie vos commentaires pour vous permettre de partager vos avis. Nous vous invitons à ne pas communiquer vos données personnelles sensibles car votre commentaire va être public. Pour plus d’informations sur le Traitement de vos Données à caractère personnel par Happy End, veuillez consulter notre politique de confidentialité.

Je vis un deuil

Chaque deuil est unique. Nous vous proposons un accompagnement adapté à votre situation.

Des articles sélectionnés pour vous

Cancer pédiatrique : “ Il y a eu de la vie dans sa courte existence ”

Cancer pédiatrique : “ Il y a eu de la vie dans sa courte existence ”

Maman endeuillée, je ne suis pas malade !

Maman endeuillée, je ne suis pas malade !

Antoine mon fils : mon enfant est décédé d’un accident domestique

Antoine mon fils : mon enfant est décédé d’un accident domestique

« Un deuil, ça swingue ! » : le témoignage d’un papa endeuillé

« Un deuil, ça swingue ! » : le témoignage d’un papa endeuillé

Congé décès enfant : les députés votent pour l’allongement du congé à 12 jours

Congé décès enfant : les députés votent pour l’allongement du congé à 12 jours

Non, mon fils n’est pas un ange

Non, mon fils n’est pas un ange

Fêter l’anniver-ciel de Maëlyne nous aide à la faire vivre malgré sa mort

Fêter l’anniver-ciel de Maëlyne nous aide à la faire vivre malgré sa mort

Une pétition contre les frais bancaires appliqués à la clôture du compte d’un enfant décédé

Une pétition contre les frais bancaires appliqués à la clôture du compte d’un enfant décédé

« 5 choses que j’ai apprises après la mort de mon fils »

« 5 choses que j’ai apprises après la mort de mon fils »

Elise Traclet : avec ses « Roches qui dansent », elle réinvente l’art funéraire

Elise Traclet : avec ses « Roches qui dansent », elle réinvente l’art funéraire