Elise Traclet : avec ses “Roches qui dansent”, elle réinvente l’art funéraire

Utiliser la pierre comme vecteur d’émotions, c’est le pari qu’a fait Élise, fondatrice des Roches qui dansent. Passionnée d’art depuis son plus jeune âge, elle quitte, en 2009, son poste de directrice artistique pour se former à la taille de pierre. Suite à l’obtention de son CAP, elle oeuvre au sein d’une entreprise de restauration de patrimoine au Puy en Velay avant de créer sa propre entreprise d’art funéraire il y a 7 ans. Basée à Saint-Jean-de-Nay en Haute-Loire, Elise propose des sculptures et gravures funéraires en hommage aux défunts.

Co-créer une sculpture funéraire avec les proches du défunt

Point de catalogue pour présenter ses créations. Chaque réalisation est unique, conçue à partir d’un temps d’échange avec la famille du défunt. Une discussion qui va lui permettre de “cerner leurs envies mais aussi qui était le défunt, ses passions, les moments forts de sa vie ». Elle peut alors leur livrer un croquis mentionnant “les symboles et ornements qui pourront être gravés ».

Le jour de la création, il n’est pas rare qu’Elise propose aux proches de la rejoindre dans son atelier pour participer à la gravure. Une proposition qu’elle a faite aux proches d’une jeune fille, qui ont choisi de graver des cœurs sous la stèle.

Une fois le projet terminé, libre à chacun de se l’approprier. Si certains décident de déposer l’œuvre dans un lieu symbolique, comme ces « grands-parents qui ont placé la pierre au sommet d’une colline à côté d’un banc, pour rendre hommage à leur petite fille », d’autres préfèrent lui faire une place au cimetière ou la conserver chez eux.

Les Roches qui dansent brisent le tabou du deuil périnatal

Au cours de ses recherches sur l’art funéraire, Élise découvre l’existence des Jizos. Des statues funéraires japonaises utilisées pour commémorer la mémoire d’un enfant perdu, généralement mort in-utero ou mort-né. Comme l’explique la créatrice, les japonais « ne font pas la distinction entre un avortement et une fausse couche ». Ainsi, les cimetières japonais comptes des centaines de statuettes Jizos.

Cette découverte est une révélation. Elise œuvrera dans le funéraire pour commémorer la mémoire de ces foetus morts in-utero. Pour créer leurs “jizos”, elle « échange avec les parents sur le déroulement de la grossesse ou de l’avortement ».

A lire : 7 rituels pour accompagner le deuil périnatal

Un processus très vivant pour accompagner le deuil

Lors de son processus de création, Élise peut « passer du rire aux larmes ». « Lorsque je suis avec la pierre, elle résonne et je sens comment la travailler ». C’est cet aspect artisanal qui différencie ses réalisations des pièces taillées en machine. La taille permet de donner une âme à la pierre.

Bien que la plupart des proches font appel au service d’Élise quelques temps après le décès, l’art funéraire est intemporel. Récemment, une femme lui a commandé une gravure pour son enfant mort à l’âge de 2 ans, 40 ans après sa mort.

Découvrez également : Florence Plissart, portraitiste de défunt

Commentaires

Il n'y a pas encore de commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. En cliquant sur "Laisser un commentaire", vous confirmez avoir lu notre Politique de confidentialité.

*Champs obligatoires