Un évènement, une histoire à partager à la communauté Happy End ? Je partage mon témoignage

Les signes cliniques de fin de vie sont inconnus pour la plupart des gens. L’espérance de vie s’allonge de plus en plus grâce aux progrès de la médecine. Ainsi, la mort est devenue presque une étrangère. Elle est désormais repoussée au sein d’institutions comme l’hôpital ou les EHPAD.

On meurt de moins en moins chez soi, entourés de ses proches. Toutefois, reconnaître les signes de fin de vie peut vous aider. Ils vous permettront à mieux accompagner vos proches lors de leurs derniers instants et à accueillir le chagrin que provoquera leur décès.

Table des matières

Les premiers signes physiques de fin de vie : l’organisme ralentit

L’affaiblissement du corps est un des premiers signes annonciateurs de la mort. Comme pour les signes de fin de vie chez une personne atteinte d’Alzheimer, il est dû et incarné par plusieurs facteurs.

La perte d’appétit

Une perte d’appétit est un signe généralement observé avant la mort. Le refus de se nourrir n’est pas spécialement inquiétant. Il indique simplement que l’organisme a moins besoin de s’alimenter et de s’hydrater.

Que faire ? Ne pas forcer votre proche à manger. Toutefois, veillez à ce qu’il reste hydraté. Vous pouvez humidifier ses lèvres, en utilisant des glaçons, ou avec des aliments à haute teneur en eau (orange, pastèque…).

Le ralentissement de l’activité rénale

La baisse de l’appétit et de l’hydratation d’un proche sont également des signes de fin de vie. Ils participent au ralentissement de l’activité rénale de votre proche. Ses urines auront tendance à s’espacer, et à se brunir, jusqu’à prendre la couleur du thé.

Que faire ? C’est un signe parfaitement normal. Vous pouvez aider les reins en évitant les aliments salés ou contenant du sodium.

L’affaiblissement extrême du corps en fin de vie

Ce ralentissement du corps et des capacités physiques peut également se traduire par un affaiblissement extrême de votre proche. Il peut avoir de plus en plus besoin de dormir, jusqu’à ne se réveiller plus que quelques heures par jour. La moindre activité ou interaction peut devenir pénible voire impossible.

Que faire ? Respectez la fatigue et le besoin de sommeil de votre proche. Parlez doucement et évitez les chocs émotionnels ou le bruit. Néanmoins, soyez conscient que même si votre proche réagit peu, ou semble dormir, l’ouïe n’est pas impactée. Votre proche continue donc de vous entendre. N’hésitez pas à lui parler normalement, ou à le toucher doucement pour lui signifier votre présence.

Les extrémités du corps froides

Le ralentissement des battements du cœur et la concentration de l’énergie vers les organes vitaux peuvent participer au rafraîchissement des extrémités.

Que faire ? Votre proche ne ressentira pas cette sensation de froid. Toutefois, vous pouvez tenter de réchauffer ses membres en les couvrant ou en utilisant une bouillotte. Faites bien attention à ne pas brûler ou irriter sa peau qui devient plus sensible à l’approche de la fin.

Le changement de couleur de la peau

Le ralentissement de l’organisme diminue la pression sanguine, ce qui peut rendre la peau blafarde, voire bleutée et très sensible aux irritations. Les articulations peuvent rougir, et devenir douloureuses.

Que faire ? N’hésitez pas à masser délicatement le corps de votre proche avec des huiles ou des crèmes hydratantes. Cela permet de conserver une hydratation suffisante pour que la peau ne tire pas.


La perte progressive des fonctions physiques en fin de vie

En fin de vie, le ralentissement de l’organisme peut manifester des signes allant jusqu’à l’arrêt de certains organes, ou fonctions physiques.

L’incontinence

En fin de vie, les muscles du sphincter et/ou de la vessie peuvent devenir difficiles à contracter, voire se relâcher entièrement.

Que faire ? Pour ne pas créer de l’inconfort chez votre proche, vous pouvez recourir à des couches pour adultes. Pensez également à changer les draps régulièrement, ou utilisez des protections à placer sur votre linge de maison.

Les difficultés respiratoires

L’affaiblissement peut entraîner de difficultés à respirer. Vous pouvez par exemple observer des “râles” ou de bref étouffements.

Que faire ? Encore une fois, ne vous inquiétez pas, c’est tout à fait normal. Néanmoins, vous pouvez faciliter la respiration de votre proche avec des soins de confort. Redressez-lui légèrement la tête avec des coussins, ou penchez-le sur le flanc.

Le gonflement des extrémités

Le ralentissement, voire l’arrêt de l’activité rénale provoque une accumulation des liquides dans les zones éloignées du cœur. Ainsi vous pouvez observer un gonflement des extrémités telles que les pieds et les chevilles.

Que faire ? En général, ce signe indique que la fin de vie est très proche. C’est une conséquence de l’agonie.

Découvrez : Une unité de soins palliatifs qui accompagne la fin de vie à domicile

Les signes de fin de vie psychologiques

Des changements de comportement et psychologiques sont également des signes fréquents de fin de vie.

L’isolement avant le décès

Votre proche peut montrer un grand désintérêt pour les gens, les situations et les gens qui l’entourent. Celui-ci peut cesser de parler, ou sembler absent, voire refuser toute interaction sociale.

Que faire ? N’hésitez pas à maintenir un lien social et une présence pour accompagner votre proche dans la mort.

La perte de repères

Une perte de repère, voire des semblants de démence peuvent avoir lieu. Votre proche peut s’adresser à des gens qui ne sont pas présents dans la pièce ou plus de ce monde. Cette perte de repère peut conduire le mourant à ne plus vous reconnaître, ou à ne plus savoir où il se trouve. Cette période de l’agonie peut être difficile à vivre.

Que faire ? Rassurez votre proche, et re-expliquez-lui qui vous êtes et où il se trouve autant de fois qu’il le faut. Néanmoins, s’il s’adresse à des gens absents, ou semble délirer, n’essayez pas nécessairement de le raisonner, et accueillez ces paroles.

Une amélioration temporaire

L’agonie peut également créer des moments d’améliorations temporaires impressionnants. Pendant quelques minutes ou une journée entière l’état du patient s’améliore, voire revient à la normale de façon inexpliquée. Ce rétablissement apparent est, en réalité, souvent annonciateur d’une phase terminale.

Que faire ? Ne contredisez pas votre proche si celui-ci se sent guéri. Accueillez son bonheur, et ce moment de grande lucidité pour partager quelques derniers instants de joie en sa compagnie. Gardez néanmoins à l’esprit que ce semblant de rétablissement miraculeux est souvent temporaire.

Une équipe mobile de soins palliatifs pourra vous renseigner sur le sujet si besoin.

Lire aussi : 

Commentaires

  • Laure- BROUARD
    Laure- BROUARD
    Le 07/07/23

    bonjour, je suis aide à domicile et je suis pour la première fois confronté a une fin de vie et cela est très compliquer pour moi comment je pourrais faire pour les accompagners ? merci par avance très bonne journée à vous

    bien cordialement
    BrouardL

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Happy End, responsable de traitement, collecte et publie vos commentaires pour vous permettre de partager vos avis. Nous vous invitons à ne pas communiquer vos données personnelles sensibles car votre commentaire va être public. Pour plus d’informations sur le Traitement de vos Données à caractère personnel par Happy End, veuillez consulter notre politique de confidentialité.

J’anticipe mon départ

Nous vous guidons dans la rédaction de vos dernières volontés pour soulager vos proches de choix difficiles.

Des articles sélectionnés pour vous

Projet de loi sur la fin de vie : que contient le texte présenté en Conseil des ministres ?

Projet de loi sur la fin de vie : que contient le texte présenté en Conseil des ministres ?

Japon : des clubs d’enterrement pour ne pas mourir seul

Japon : des clubs d’enterrement pour ne pas mourir seul

Décider librement de sa mort : solution ou illusion contre la souffrance du mourir ?

Décider librement de sa mort : solution ou illusion contre la souffrance du mourir ?

Christophe Fauré : “Il faut changer le regard de notre société sur les phénomènes de vie après la mort”

Christophe Fauré : “Il faut changer le regard de notre société sur les phénomènes de vie après la mort”

Comment accompagner un proche en fin de vie ?

Comment accompagner un proche en fin de vie ?

Aide active à mourir : la Convention citoyenne délibère en faveur d’une légalisation

Aide active à mourir : la Convention citoyenne délibère en faveur d’une légalisation

Le deuil chez les proches aidants, un deuil comme les autres ?

Le deuil chez les proches aidants, un deuil comme les autres ?

Aidant familial : quelles aides pour l’accompagnement d’un proche ? 

Aidant familial : quelles aides pour l’accompagnement d’un proche ? 

Pourquoi j’ai décidé d’accompagner la mort au quotidien

Pourquoi j’ai décidé d’accompagner la mort au quotidien

J’ai choisi d’accompagner la mort comme la naissance

J’ai choisi d’accompagner la mort comme la naissance