Un évènement, une histoire à partager à la communauté Happy End ? Je partage mon témoignage

85% des français souhaitent mourir chez eux. Pourtant, seuls 26% y parviennent. L’isolement social explique en partie ce triste constat. « 43% des personnes âgées de 75 ans et plus vivent seules. Le médecin traitant est censé être le pivot de la prise en charge en ville mais trois quarts des médecins ne proposent pas de visite à domicile. L’accompagnement de la fin de vie est une mission difficile : elle demande beaucoup de temps, suppose une disponibilité qui n’est souvent pas compatible avec le rythme de leurs consultations et surtout une formation. Or, moins de 3% des médecins généralistes sont formés aux soins palliatifs ! Pour une personne dont l’état de santé s’aggrave, la solitude et le manque d’encadrement médical sont très insécurisants.  Pas étonnant alors que la plupart d’entre nous finissent leurs jours à l’hôpital« , souligne François Génin, co-fondateur de Visitatio – Voisins & Soins, un réseau de bénévoles et de soignants mobilisé pour garantir une fin de vie paisible chez soi.

Des équipes composées de soignants et de bénévoles

Pour offrir à chacun la liberté de mourir selon ses souhaits, Visitatio a choisi de mobiliser la société civile à l’échelle d’un quartier. « Nos équipes sont formées de bénévoles et de soignants. C’est, selon nous, la clé pour garantir un accompagnement de qualité, avec une dimension médicale, relationnelle, psychologique et spirituelle aux personnes en fin de vie et à leurs proches et pour éviter des départs intempestifs et non justifiés aux urgences « , explique François Génin. Une équipe de huit personnes est ainsi constituée autour d’une infirmière, d’un médecin, d’une psychologue qui interviennent à temps partiel avec des bénévoles formés à l’accompagnement de fin de vie. Les soignants sont en lien constant avec le médecin traitant – qui demeure le pivot de la prise en charge – et avec les autres infirmières qui interviennent au domicile. Et, c’est d’après le co-fondateur, cette sécurité médicale qui permet une implication durable des bénévoles.

A lire aussi : doula de fin de vie : un métier en devenir


Un accompagnement de fin de vie à domicile qui a bénéficié à 200 personnes

Visitatio compte 80 bénévoles et est présent à Paris, Boulogne, Saint-Cloud, La Garenne Colombes, Colombes, Bois-Colombes, Tours et Vouvray. Elle a accompagné à ce jour 250 personnes jusqu’à leur dernier souffle. L’objectif  est de tripler ces prises en charge d’ici la fin de l’année et de disposer de trois équipes mobiles sur un bassin de 100 000 habitants. Pour recruter de nouveaux bénévoles, Visitatio passe principalement par les paroisses du quartier et Voisins & Soins s’appuie sur les réseaux amicaux. « Qu’il s’agisse de Visitatio ou de Voisins & Soins, le service rendu est laïc et exclu tout prosélytisme«  précise le co-fondateur qui œuvre activement à la reconnaissance de ce modèle d’accompagnement par le Ministère de la Santé et à sa prise en charge par la Sécurité sociale. En attendant, l’association finance l’intervention des soignants grâce à des subventions et des dons. Selon une étude réalisée par un cabinet de mesure d’impact social, un tel dispositif permet une économie pour chaque personne accompagnée de 9 600 euros comparée à une prise en charge à l’hôpital. Un argument non négligeable auquel les pouvoirs publics pourraient être sensibles……

Découvrez : le portrait d’une death doula

Lire aussi :

Commentaires

  • lesguer catherine
    lesguer catherine
    Le 10/01/22

    mon compagnon a le cancer des poumons fin de vie ,mais personne pour m aider et accompagner ont demande la chader mais il ne veulent pas ny medecin ne vient donc je me debrouille seule avec mon compagnon qui commence a ne plus arriver a se lever je suis a st hillaire du harcouet

    • Axelle Faivret
      Axelle Faivret
      Le 10/01/22

      Bonjour Catherine,
      Nous sommes désolées de lire votre situation. Vous pouvez contacter Tanneguy Pialoux, Gériatre en Soins Pal à Saint Malo au 06.61.77.20.32
      Il aura peut-être connaissance de ressources locales pour vous venir en aide.

2 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Happy End, responsable de traitement, collecte et publie vos commentaires pour vous permettre de partager vos avis. Nous vous invitons à ne pas communiquer vos données personnelles sensibles car votre commentaire va être public. Pour plus d’informations sur le Traitement de vos Données à caractère personnel par Happy End, veuillez consulter notre politique de confidentialité.

J’anticipe mon départ

Nous vous guidons dans la rédaction de vos dernières volontés pour soulager vos proches de choix difficiles.

Des articles sélectionnés pour vous

Japon : des clubs d’enterrement pour ne pas mourir seul

Japon : des clubs d’enterrement pour ne pas mourir seul

Décider librement de sa mort : solution ou illusion contre la souffrance du mourir ?

Décider librement de sa mort : solution ou illusion contre la souffrance du mourir ?

Christophe Fauré : “Il faut changer le regard de notre société sur les phénomènes de vie après la mort”

Christophe Fauré : “Il faut changer le regard de notre société sur les phénomènes de vie après la mort”

Comment accompagner un proche en fin de vie ?

Comment accompagner un proche en fin de vie ?

Aide active à mourir : la Convention citoyenne délibère en faveur d’une légalisation

Aide active à mourir : la Convention citoyenne délibère en faveur d’une légalisation

Le deuil chez les proches aidants, un deuil comme les autres ?

Le deuil chez les proches aidants, un deuil comme les autres ?

Aidant familial : quelles aides pour l’accompagnement d’un proche ? 

Aidant familial : quelles aides pour l’accompagnement d’un proche ? 

Pourquoi j’ai décidé d’accompagner la mort au quotidien

Pourquoi j’ai décidé d’accompagner la mort au quotidien

J’ai choisi d’accompagner la mort comme la naissance

J’ai choisi d’accompagner la mort comme la naissance

Derniers Secours : un cours pour mieux accompagner la fin de vie de nos proches

Derniers Secours : un cours pour mieux accompagner la fin de vie de nos proches