Exit here : l’enseigne anglaise qui offre un nouveau visage au funéraire

Oliver Peyton, restaurateur et juge de l'émission "Great British Menu", télé-réalité de la BBC, a ouvert Exit Here, un salon funéraire moderne et avant-gardiste dans le quartier de Chiswick à Londres.
Exit here enseigne funeraire Royaume Uni© Agnese Sanvito

Qu’est ce qui vous a motivé à créer Exit Here et de casser les codes du funéraire ?

Olivier Peyton Exit Here

Oliver Peyton : Le décès de mes parents m’a fait comprendre une chose : je ne voulais pas que mes funérailles ressemblent aux leurs. Je voulais que mes obsèques soit une célébration de la vie, et qu’elles laissent aux gens une empreinte positive. Le secteur funéraire propose très peu de choix actuellement, et ne répondent pas à toute les attentes. Dans ce domaine, les choses ont très peu évolué depuis l’époque Victorienne ! Quand j’ai créé notre agence, beaucoup de gens m’ont dit que je perturbais le secteur ! Je pense plutôt le faire entrer dans le 21ème siècle et de le rendre plus civilisé. On entend offrir aux familles plus de choix en terme de prix, de planning, de cérémonie mais aussi d’accueil… Je suis issu du monde de la restauration, et l’accueil dans ce type de circonstances, me semble primordial.

En quoi innovez-vous ?

cercueil Exit HereOliver Peyton : Avec Exit here, nous avons essayé de créer un endroit accueillant, confortable, où les gens ont plaisir à entrer et qui donne le sentiment de faire partie d’une communauté… Tout le contraire de ce qui existe à l’heure actuelle ! Soigner l’emballage, c’est une façon d’inviter les gens à aborder différemment la question de leurs funérailles, et de leur organisation. Nous concevons aussi nos propres cercueils et urnes, que nous faisons fabriquer en Grande-Bretagne. Et on cherche à développer les inhumations en pleine terre (« natural funerals »), un type d’enterrement qui est trop peu souvent proposé.

Votre clientèle a-t-elle un profil particulier ?

Oliver Peyton : La plupart d’entre eux préparent leurs propres obsèques et veulent se sentir libres de décider à quoi ressemblera leur cérémonie d’adieux. Souvent, ils souhaitent organiser une fête. Ils veulent que leurs proches viennent manger, boire… Nous avons aussi des demandes inhabituelles. Un de nos clients souhaitait, par exemple, que l’on pose un panneau solaire sur sa tombe, pour écouter de la musique dans son cercueil. Mais, comme il s’agissait d’une inhumation en pleine terre, les enceintes électroniques étaient, de fait, proscrites dans ce cimetière “naturel”.

A lire : La forêt d’Arbas, la première forêt funéraire de France

Pensez-vous que la personnalisation des funérailles va s’accentuer ?

Oliver Peyton : Il n’y a pas deux défunts identiques, cela doit se refléter au moment des funérailles. Notre mission de pompes funèbres est de construire avec les familles un moment qui leur ressemble !

Chez Exit Here, vous organisez également des conférences ou des réunions sur le thème de la mort et du deuil. Pouvez-vous nous en dire plus ?

Exit HereOliver Peyton : Notre rôle en tant que pompes funèbres est d’accompagner les familles, de les informer, les éduquer et de dialoguer avec elles… Nous organisons donc, dans les locaux d’Exit Here, des rencontres régulières avec des professionnels ou spécialistes du secteur : un responsable de cimetière « naturel, une doula de fin de vie (« end of life doula »)…. Ces rendez-vous sont l’occasion de les informer et de leur donner accès aux différents choix qui s’offrent à eux.

 

 

A lire : Coopératives funéraires : 6 bonnes raisons de leur confier des obsèques

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Faire défiler vers le haut

Recevez la newsletter de Happy End