Cercueil en carton : 4 raisons de le choisir

cercueil en carton

@Abcremation

C’est la formule la plus écolo

Chaque année, près de 11 millions d’arbres sains sont coupés (soient 30 000 km² de forêt) pour produire des cercueils. Sans compter que certains viennent de loin ! « C’est impossible de connaître la provenance du bois des cercueils vendus en France. La loi ne contraint pas les fabricants à fournir leur origine », souligne Brigitte Sabatier, créatrice de AB Crémation, société spécialisée dans la fabrication de cercueils en carton.

Constitué uniquement de papier recyclé venant d’Alsace, le cercueil en carton se dégrade, en cas d’inhumation, en seulement une année contre dix à quinze ans pour un cercueil en bois. A ne pas négliger non plus, 1000 cercueils en carton peuvent être transportés par un même camion à la sortie de l’usine située en France, ce qui est loin d’être le cas pour le bois. En terme d’empreinte écologique, ça fait réfléchir…

Pour en savoir plus : lisez le guide des funérailles écologiques

Les crématoriums sont obligés de l’accepter !

Ce n’était pas gagné ! Pendant longtemps, les crématoriums, hormis celui de Nîmes, le refusaient en bloc. « J’ai décidé de passer tous les tests pour obtenir la norme NF et prouver que le cercueil en carton était suffisamment étanche, solide, et ne polluait pas davantage. Ça m’a valu des dizaines de coups de fils par jour, des courriers à foison mais j’ai tenu bon », explique Brigitte Sabatier. Six ans de démarche qui valaient la peine puisqu’aujourd’hui, les crématoriums ne peuvent plus, légalement, refuser les cercueils.

« Certains crématoriums ont instauré une taxe allant de 150 à 200 euros pour les cercueils en carton, en prétextant qu’ils encrasseraient les fours, feraient plus de poussières, favoriseraient moins la combustion du corps ! D’autres imposent une crémation à huit heures du matin, ce qui pose des problèmes d’organisation aux proches », souligne Brigitte Sabatier. De quoi décourager les pompes funèbres et les familles.

Heureusement, le Service des fraudes s’intéresse au sujet et n’épargnera pas les crématoriums qui font de la résistance ! Si les pompes funèbres vous disent qu’il faut y renoncer, contactez votre préfecture ou la DGCCRF.

C’est deux fois moins cher

Pourquoi se ruiner avec un cercueil hors de prix ? Il faut compter entre 300 et 912 euros pour un cercueil en carton contre 600 à 1 800 euros en moyenne pour un cercueil en bois. « Il y a énormément d’argent en jeu », rappelle Brigitte Sabatier. 600 000 cercueils se vendent chaque année en France. L’essor du carton représente une vraie menace pour la filière bois. » Depuis l’obtention de la norme en septembre 2016, de plus en plus de pompes funèbres s’intéressent à ce produit plus écolo. « Notre mise en conformité les as rassuré. On reçoit de plus en plus de demandes. »

Il est personnalisable

Vous êtes une grande amatrice de voile ? Un passionné de rugby ? Une amoureuse des fleurs ? Ça peut sembler kitsch à certains mais d’autres apprécieront de pouvoir illustrer leur cercueil avec des images ou une photographie personnelle. En optant pour du carton, le choix de motif est varié et il y en a pour tous les goûts.

A lire aussi : notre article sur le premier cimetière vert en France à Niort