Enterrement musulman : comment ça se passe ?

Dans l’islam, il y a des instructions strictes à respecter dans le cadre d’un enterrement musulman. D’abord, il faut savoir que la crémation est proscrite et même formellement interdite dans la religion musulmane car cette pratique est perçue comme une « destruction » du corps. La seule pratique autorisée est l’inhumation. La mise en terre doit impérativement s’effectuer dans les 24 heures suivant le décès : avant le coucher du soleil si le décès a eu lieu le matin, et le lendemain matin s’il est survenu dans la soirée. Les musulmans font en général tout leur possible pour enterrer leurs morts au plus vite, éliminant le recours à l’embaumement. Il n’ y a pas de veillée funéraire dans les enterrements musulmans. Il est important de noter qu’en France, ce délai est souvent plus long, notamment à cause des démarches administratives. Le corps doit rester intact au moment de l’inhumation, voilà pourquoi les autopsies ou autres manipulations du corps ne sont pas très appréciées.  

Comment adapter les rituels funéraires musulmans pendant la crise sanitaire ?

Rapatriements impossibles : le point avec un responsable des pompes funèbres

Coronavirus : Quelles solutions possibles pour les familles ? 

L’action purificatrice de la toilette rituelle

Dès que la mort est constatée et dûment vérifiée, les yeux du défunt sont fermés, sa mâchoire maintenue fermée et on le recouvre d’un drap propre. Dans la religion musulmane, le corps d’une personne décédée est impur, nécessitant ainsi des soins de purification. Cette toilette se fait de manière très minutieuse et suivant certaines règles. Elle doit être réalisée par quatre personnes du même sexe que le défunt mais les veufs/veuves sont autorisés à faire la toilette de leur conjoint. Le corps est lavé trois fois, puis parfumé. Les bras sont disposés le long du corps, paumes tournés vers le haut, soit croisés sur la poitrine. Quant aux jambes, elles sont attachées ensemble. Le défunt est ensuite orienté en direction de la Mecque, après avoir été enveloppé dans un nombre impair de tissu blanc (soient 3 pièces pour un homme et 5 pièces pour une femme ), appelé aussi le « kafan » . Avant la levée du cortège funèbre, la famille et les proches récitent des versées du Coran autour du corps, implorant la miséricorde de Dieu pour que la transition du défunt vers l’au-delà se fasse de manière paisible. 

Le cortège funèbre, une affaire d’hommes ? 

Le transport du corps vers sa destination finale se fait en toute sobriété. Si toute la communauté se rassemble pour prier avant la levée du corps au domicile, seuls les hommes peuvent assister à l’enterrement d’un musulman. Les femmes sont considérées comme trop émotives. Et, l’islam interdit toute manifestation excessive de deuil ( hurlements, gémissements, pleurs intenses…).  Quatre hommes soulèvent la civière où repose le défunt, recouvert tout simplement d’un drap. En France, un cercueil est obligatoire. De ce fait, les musulmans sur le territoire français choisissent souvent des cercueils faits avec du bois léger, sans capiton. Lors des obsèques, une prière funéraire est prononcée par l’imam, «  le salat-al-janazah », qui se tient devant le défunt et dos à l’assistance. Elle est organisée à l’extérieur et se fait de manière silencieuse, à l’exception de quelques mots. Cette « prière des morts » qui comprend des glorifications d’Allah est très différente des autres puisqu’elle est brève et se récite sans prosternation. Après la prière, le visage du défunt est découvert et l’assistance est invitée devant lui.

Enterrement musulman, le dépouillement comme maître mot

Arrivé devant la tombe, on fait sortir le défunt la tête la première, visage tourné en direction de la Mecque. Le corps est placé sur le côté droit et en même temps, les fidèles récitent le « Shahada » sans arrêt : « Il n’y a de Dieu que Dieu et Muhammad est son prophète ». Dans les pays musulmans, l’inhumation se fait aussi en pleine terre, ce qui n’est pas toujours possible dans les cimetières occidentales. Il y a cependant certaines conditions à respecter lorsqu’un défunt est enterré dans une terre non-musulmane. Il doit être placé dans un « carré musulman »,  comme son nom l’indique, un espace réservé qu’aux musulmans. Si ce n’est pas possible, il est conseillé de faire rapatrier le corps dans son pays d’origine. Quand le corps est dans la tombe, chaque individu présent jette trois poignées de terre afin de la recouvrir complètement. La tombe peut être marquée par une petite pierre afin d’être reconnaissable même si l’islam en général décourage ses fidèles à ériger des pierres tombales extravagantes ou à déposer des fleurs. On leur conseille plutôt de prier tout simplement pour leurs morts. 

À lire aussi : Inhumation : ce qu’il faut savoir pour l’organiser

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Faire défiler vers le haut

Recevez la newsletter de Happy End