Coronavirus : comment respecter les rites musulmans ?

rites funeraires musulmans@Ashkan Forouzani/Unsplash

Atteint du coronavirus, Youssef* a exprimé à son fils, Amine*, sa dernière volonté : être rapatrié et inhumé en Tunisie, dans les rites de la religion musulmane. « Je savais que nous ne pourrions pas exaucer son souhait » regrette son fils, Amine*. Les frontières de la Tunisie fermées, Youssef a été enterré en France, dans un carré musulman du cimetière du Kremlin-Bicêtre. Et si d’ordinaire, il est possible d’y organiser les funérailles dans le respect des rites funéraires musulmans, les mesures de protection du personnel funéraire liés au Coronavirus obligent à modifier le déroulement du rituel.

Les ablutions sèches et la prière

« Il n’est pas responsable de faire prendre un risque certain au personnel funéraire et aux proches du défunt en voulant réaliser la toilette mortuaire ». C’est ce qu’a déclaré le Conseil français du Culte Musulman (CFCM) dans un avis rendu le 27 mars. Il y confirme que le respect des consignes du Haut Conseil de la Santé Publique (HCSP) entérinées par décret concernant la suspension des soins de lavement est conforme à la religion musulmane, au nom de la « préservation de la vie ». Le CFCM cite ainsi le Coran :  « « Celui qui sauve une vie humaine, c’est comme s’il a sauvé toute l’humanité » (Coran 5 :32). »  Ainsi, la toilette mortuaire est remplacée par des ablutions sèches,   « tayammum », consistant à toucher le sol ou une pierre, puis laver symboliquement le visage du défunt. Le tout se fera au-dessus de la housse mortuaire obligatoire, soit sans toucher le corps. Par ailleurs, lorsqu’appliquer les ablutions n’a pas été possible, la prière contribue à son tour à purifier le défunt. C’est ce que l’imam a proposé lors des funérailles de Youssef, raconte Amine : « Il nous a dit que nous allions faire la salat janaza puis, lors de l’enterrement, nous avons fait les invocations ». Une façon de pallier l’impossibilité de respecter les rites funéraires musulmans le temps de la crise du Coronavirus.

Lire l’interview d’un responsable de pompes funèbres musulmanes

Le linceul, un des rites funéraires musulmans possible en temps de Coronavirus

Le Conseil français du Culte Musulman informe également que l’usage de la housse hermétique, imposée parmi les mesures sanitaires, est compatible avec l’enterrement dans un linceul. Tous deux possèdent comme même objectif la « sauvegarde de la dignité du défunt » selon le CFCM. Après avoir été désinfectée, la housse hermétiquement close pourra être recouverte d’un drap qui fera office de linceul.

L’inhumation différée

Suite aux protestations du personnel funéraire, le gouvernement a acté par un arrêté, fin mars, la mesure exceptionnelle autorisant à différer jusqu’à six mois l’inhumation ou la crémation des défunts. S’il est possible de retarder toute inhumation de 6 à 21 jours, allonger ce délai de plusieurs mois nécessite l’accord du préfet et le dépôt du cercueil dans un caveau temporaire. L’avantage de cette mesure sera de permettre à l’ensemble des proches de se rendre aux funérailles, contre quinze personnes actuellement, de profiter de la réouverture des mosquées et peut-être de rapatrier le défunt. Néanmoins, six mois reste court au vu de la gravité de la situation et des mesures mises en place, le retour à la normale d’ici ce délai reste incertain.

Une exhumation après la crise sanitaire

Amine envisage une dernière solution pour respecter la volonté de son père : l’exhumer lorsque la crise sanitaire sera terminée. C’est aussi ce que conseillent des pompes funèbres musulmanes pour résoudre l’impossibilité de rapatriement immédiat. D’après la loi française, c’est tout à fait possible, mais il est nécessaire d’attendre un délai d’un an lorsque le décès est dû à une maladie contagieuse. Il faut toutefois prêter attention aux réglementations des pays de rapatriement, il se peut que leurs conditions soient différentes.

Rassurant les fidèles quant à la conformité de ces adaptations à la religion, le Conseil français du Culte Musulman a enfin déclaré que les victimes du coronavirus seraient « élevées au rang de martyr », en raison de cette « guerre contre l’épidémie qui exige des pratiques exceptionnelles »

* le prénom a été modifié

Le décès de Youssef ayant laissé derrière lui une veuve et un enfant sans revenu, sa famille a décidé de monter une cagnotte pour leur venir en aide 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Faire défiler vers le haut

Recevez la newsletter de Happy End