Un évènement, une histoire à partager à la communauté Happy End ? Je partage mon témoignage

85% des français.e.s souhaitent mourir chez eux. Malgré ce chiffre, les soins palliatifs à domicile tardent à se développer et privent donc ceux qui le souhaitent de profiter de leurs derniers instants dans l’environnement chaleureux de leur domicile, entouré de leurs familles. Pour la personne en fin de vie, cette situation peut causer une grande souffrance mentale. Le métier de thanadoula, aussi appelé death doula ou doula de fin de vie en français, vient en renfort pour apporter chaleur et réconfort aux patients et leurs proches.

D’où vient le métier de thanadoula ?

La doula de naissance

Les doulas existent depuis la Grèce Antique. Ce sont des personnes qui apportent un soutien moral et pratique aux femmes enceintes, durant l’accouchement et la période qui suit. Aux Etats-Unis, les femmes qui ont recours à cet accompagnement non médical sont de plus en plus nombreuses chaque année. Les hôpitaux acceptent volontiers leur présence, conscients des bienfaits de cette collaboration. En France aussi, le nombre de doulas de naissance évolue, notamment grâce à l’association Doulas de France, créée en 2006.

La thanadoula

Le métier de death doula est, quant à lui, né en 2003 dans un département de soins palliatifs à New York selon un rapport de Global Wellness. Un employé frustré du peu de soutien réservé aux personnes en fin de vie réfléchit à une façon d’améliorer leur accompagnement. Comment soulager leur anxiété et leur tristesse ? Faire en sorte qu’elles ne meurent pas seules ? Comment diminuer le stress des proches ? Pour y répondre, il met en place la première formation professionnelle de death doula. Ce métier, il l’appelle parfois aussi « sage-femme de fin de vie » ou bien « guide de transition ».

Lire aussi : Le témoignage de Nathalie Bonafé, death doula française


En quoi consiste le rôle d’une thanadoula ?

La thanadoula considère la mort comme une étape de la vie à part entière, qu’on ne doit pas laisser de côté. Son rôle principal est avant tout de mettre en place un environnement serein, de confiance et propice à une fin de vie paisible.

Elle peut intervenir à la demande de la personne en fin de vie mais aussi celle de ses proches, qui auraient besoin d’être accompagnés pour mieux vivre son départ. D’ailleurs, dans certains cas, elle n’intervient qu’après le décès pour aider l’entourage à traverser leur deuil et à mettre en place des rituels de souvenir pour honorer le défunt.

Son support est à la fois logistique, psychologique et émotionnel et son accompagnement se poursuit avant et durant le décès.

Avant le décès

Chaque expérience avec une personne mourante est unique. La thanadoula invente ou remet en place des rituels personnels positifs. Elle échange à propos des craintes et angoisses de la personne en fin de vie et de ses proches. Son rôle est également de prévoir l’après. Elle aide donc à planifier les dernières volontés en invitant à se poser des questions : Que choisir entre une inhumation et une crémation ? Comment anticiper mes obsèques ? Dois-je rédiger un testament ? Dois-je prévoir la fermeture de mes réseaux sociaux ? Autant de questions que la doula de fin de vie pose et résout.

Témoignage : J’ai fait appel à une doula pour mieux vivre la mort de ma mère

Au moment du décès

La doula peut aussi, en accord avec les proches et si tel était le souhait de la personne en fin de vie, organiser un rituel, dire une prière ou encore chanter une chanson pour accompagner le temps du décès.

Après le décès

La thanadoula veille à honorer la mémoire du défunt après son décès, avec d’éventuels rituels mis en place avec. la famille ou si la personne était seule, elle peut être amenée à organiser ses obsèques et veiller au respect de ses dernières volontés.

Attention, une doula de fin de vie n’a pas de formation médicale. Elle ne doit en aucun cas vous demander d’arrêter un traitement par exemple.

Lire aussi : Doula de fin de vie, biographe hospitalière, neztoile : Ces nouveaux métiers de la fin de vie 

Comment le métier essaime-il en France ?

Le métier de thanadoula se propage aux Etats-Unis, en Angleterre, au Canada, en Australie, au Mexique… De l’autre côté de l’Atlantique, de nombreuses associations se sont créées. Si la première était l’International End of Life Doula Association, il en existe aujourd’hui une dizaine d’autres. Plus de près de chez nous, en Suisse, l’Institut de recherche et de formation à l’accompagnement des personnes en situation difficile a lancé une première formation certifiante de doula de fin de vie.

En France, on accuse un retard sur le sujet de la fin de vie et de son accompagnement mais le changement s’amorce doucement. L’association Couleur Plume délivre désormais des formations certifiantes et a permis de créer un collectif de doula de fin de vie françaises. L’institut deuils doulas de fin de vie est aussi une référence du secteur. Elle organise des formations certifiées Qualiopi dans la région Bourgogne-Franche-comté mais aussi en distanciel.

Découvrez : Les formations à l’accompagnement du deuil proposées par notre organisme de formation.


Comment trouver une doula de fin de vie en France ?

Sur Happy End, nous référençons les thanadoulas qui exercent dans l’hexagone. Vous pouvez également consulter la carte interactive de Couleur Plume pour découvrir des doulas de fin de vie autour de chez vous.

Lire aussi : Métiers de l’accompagnement de la fin de vie : des death doula témoignent

Comment choisir une thanadoula pour un accompagnement ?

Si l’accompagnement d’une doula de fin de vie vous intéresse, voici quelques conseils pour choisir la personne la plus adaptée :

  • Assurer vous d’avoir un bon feeling. La mort est une des étapes les plus difficiles de la vie. Pour apporter un soutien moral et physique de qualité, la doula doit parfois rester plusieurs heures auprès de la personne en fin de vie et ses proches. Dans cette éventualité, choisissez une thanadoula avec qui vous vous sentez à l’aise et apprécierez de passer du temps.
  • Vérifier sa formation. L’accompagnement de la fin de vie est un processus délicat qui s’enseigne. Assurez-vous donc que la personne qui fournira l’accompagnement a bien reçu une formation certifiante.
  • Discuter de la forme de l’accompagnement en amont. Les derniers instants avec un proche en fin de vie sont précieux. À partir d’un certain stade, il s’agit avant tout de profiter du temps qu’il reste. Pensez donc à bien définir la forme de l’accompagnement avec la doula : À quel rythme avez-vous besoin de sa présence ? Comment peut-elle vous soulager dans votre quotidien ? Quel type de rituels sont les plus adaptés ?… 
  • Déterminer les modalités de paiement. Définir de manière précise le coût de l’accompagnement est essentiel pour profiter de ce que la doula peut offrir sans vous souciez de l’aspect financier.

À lire :  Derniers Secours : un cours pour mieux accompagner la fin de vie de nos proches

Découvrez le reportage de RTS sur le métier

Lire aussi :

Commentaires

  • Merveilleuse idée, je suis socio esthéticienne depuis 10 ans. J’accompagne les patients par un toucher apaisant, relaxant dans leurs parcours de soin jusqu’à la fin de leur vie. J’accompagne également les proches qui les entourent à s’autoriser un temps pour eux de relaxation. Leurs témoignages face aux soins que j’apporte m’encourage chaque jour à poursuivre ma démarche de bien être, d’accompagnement jusqu’au bout de la vie où ils s’autorisent à lâcher prise. Témoignage d’une patiente de 50 ans atteinte d’un cancer en situation palliative, son souhait : terminer la fin de sa vie chez elle entourée de ses proches et de ses amis. Ses amis me font appellent afin de lui offrir des soins socio esthétiques à son domicile. Nous organisons 5 séances, très heureuse et très touchée, verbalise que c’est exactement ce qu’elle avait besoin, douceur, massages, bien être, de belles odeurs, un accompagnement bienveillant par le toucher. Elle me remerciera et me dira « au revoir » à la 4ème séance, me fait part des bienfaits des séances car ressent que son départ est proche. En effet elle s’éteindra le jour où nous aurions du faire le dernier soin en ayant dit au revoir à toute sa famille et ses amis le week end précédent. Je te remercie Olivia, des 4 moments partagés, de ta confiance, ta générosité, de ta gentillesse. Tu m’as fais grandir et mon chemin s’est tracé, j’accompagne maintenant les patients en structures ou à leur domicile en situation palliative jusqu’à la fin de leur vie. Merci

    • Sarah Dumont
      Sarah Dumont
      Le 13/01/20

      Quel beau témoignage Stéphanie. Merci pour ce partage d’expérience. Si tout le monde pouvait finir ses jours ainsi…

  • Merveilleuse idée, je suis socio esthéticienne depuis 10 ans. J’accompagne les patients par un toucher apaisant, relaxant dans leurs parcours de soin jusqu’à la fin de leur vie. J’accompagne également les proches qui les entourent à s’autoriser un temps pour eux de relaxation. Leurs témoignages face aux soins que j’apporte m’encourage chaque jour à poursuivre ma démarche de bien être, d’accompagnement jusqu’au bout de la vie où ils s’autorisent à lâcher prise. Témoignage d’une patiente de 50 ans atteinte d’un cancer en situation palliative, son souhait : terminer la fin de sa vie chez elle entourée de ses proches et de ses amis. Ses amis me font appellent afin de lui offrir des soins socio esthétiques à son domicile. Nous organisons 5 séances, très heureuse et très touchée, verbalise que c’est exactement ce qu’elle avait besoin, douceur, massages, bien être, de belles odeurs, un accompagnement bienveillant par le toucher. Elle me remerciera et me dira « au revoir » à la 4ème séance, me fait part des bienfaits des séances car ressent que son départ est proche. En effet elle s’éteindra le jour où nous aurions du faire le dernier soin en ayant dit au revoir à toute sa famille et ses amis le week end précédent. Je te remercie Olivia, des 4 moments partagés, de ta confiance, ta générosité, de ta gentillesse. Tu m’as fais grandir et mon chemin s’est tracé, j’accompagne maintenant les patients en structures ou à leur domicile en situation palliative jusqu’à la fin de leur vie. Merci

    • Sarah Dumont
      Sarah Dumont
      Le 13/01/20

      Quel beau témoignage Stéphanie. Merci pour ce partage d’expérience. Si tout le monde pouvait finir ses jours ainsi…

  • Pingback: Cross Record x Julian Neel - Cross Record - Néoprisme - Artwork & Music

  • Pingback: Cross Record x Julian Neel - Cross Record - Néoprisme - Artwork & Music

6 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Happy End, responsable de traitement, collecte et publie vos commentaires pour vous permettre de partager vos avis. Nous vous invitons à ne pas communiquer vos données personnelles sensibles car votre commentaire va être public. Pour plus d’informations sur le Traitement de vos Données à caractère personnel par Happy End, veuillez consulter notre politique de confidentialité.

J’anticipe mon départ

Nous vous guidons dans la rédaction de vos dernières volontés pour soulager vos proches de choix difficiles.


Des articles sélectionnés pour vous

Fin de vie : que peut-on retenir du Grand débat des Assises Nationales des Soins en EHPAD ?

Fin de vie : que peut-on retenir du Grand débat des Assises Nationales des Soins en EHPAD ?

“À 15 ans, ma fille a vécu la fin de vie et la mort dont elle rêvait”

“À 15 ans, ma fille a vécu la fin de vie et la mort dont elle rêvait”

Projet de loi sur la fin de vie : que contient le texte présenté en Conseil des ministres ?

Projet de loi sur la fin de vie : que contient le texte présenté en Conseil des ministres ?

Japon : des clubs d’enterrement pour ne pas mourir seul

Japon : des clubs d’enterrement pour ne pas mourir seul

Décider librement de sa mort : solution ou illusion contre la souffrance du mourir ?

Décider librement de sa mort : solution ou illusion contre la souffrance du mourir ?

Six semaines pour préparer le grand départ de ma mère

Six semaines pour préparer le grand départ de ma mère

Christophe Fauré : “Il faut changer le regard de notre société sur les phénomènes de vie après la mort”

Christophe Fauré : “Il faut changer le regard de notre société sur les phénomènes de vie après la mort”

Comment accompagner un proche en fin de vie ?

Comment accompagner un proche en fin de vie ?

Aide active à mourir : la Convention citoyenne délibère en faveur d’une légalisation

Aide active à mourir : la Convention citoyenne délibère en faveur d’une légalisation

Le deuil chez les proches aidants, un deuil comme les autres ?

Le deuil chez les proches aidants, un deuil comme les autres ?