Un évènement, une histoire à partager à la communauté Happy End ? Je partage mon témoignage

Un coup dur pour les partisans du maintien des soins à tout prix. L’État Français prend activement position dans l’affaire Vincent Lambert. « Une déclaration de pourvoi a été déposée aujourd’hui en fin de matinée auprès de la Cour de cassation pour le compte des ministères parties », le ministère des Solidarités et de la Santé et le ministère des Affaires étrangères, a informé le ministère de la Santé à l’AFP.

Dans un « état végétatif irréversible » depuis plus de dix ans, à la suite d’un accident de voiture, Vincent Lambert reste en vie grâce à une alimentation et une hydratation artificielle. Sur saisine des parents de Vincent Lambert : le 20 mai, la Cour d’appel de Paris avait ordonné la reprise de ces soins, et donc son maintien en vie. L’équipe de soignants du CHU de Reims les avait interrompus le matin même.

Reprise des soins pour Vincent Lambert : une décision d’appel basée sur un avis non contraignant

A ce jour, le contenu de ce pourvoi n’a pas été rendu public, mais il devrait porter en partie sur la force de l’avis du Comité international des droits des personnes handicapées (CDPH) qui a demandé à la France, le 3 mai, de suspendre l’arrêt des traitements. Le CDPH réclamait un examen du dossier, sur le fond, avant d’arrêter les soins. L’Etat français avait alors contesté la préconisation de ce comité de l’ONU, dépourvu de caractère contraignant. « Nous ne sommes pas tenus par ce comité légalement, mais bien entendu, nous prenons en compte ce que dit l’ONU et nous allons leur répondre », avait déclaré la ministre de la Santé, Agnès Buzyn.

Le Conseil d’Etat et la Cour européenne des droits de l’homme (CEDH) s’étaient ensuite prononcés en faveur de l’arrêt de l’alimentation et l’hydratation artificielles des soins de Vincent Lambert, tout comme le Président de la République.

 

Lire aussi :

Commentaires

Aucun commentaire pour le moment.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Happy End, responsable de traitement, collecte et publie vos commentaires pour vous permettre de partager vos avis. Nous vous invitons à ne pas communiquer vos données personnelles sensibles car votre commentaire va être public. Pour plus d’informations sur le Traitement de vos Données à caractère personnel par Happy End, veuillez consulter notre politique de confidentialité.

J’anticipe mon départ

Nous vous guidons dans la rédaction de vos dernières volontés pour soulager vos proches de choix difficiles.

Des articles sélectionnés pour vous

Suicide assisté : « J’ai accompagné ma mère mourir en Suisse »

Suicide assisté : « J’ai accompagné ma mère mourir en Suisse »

Deuil animalier : et si les tabous étaient en train de tomber ? 

Deuil animalier : et si les tabous étaient en train de tomber ? 

Le deuil augmente le risque de problèmes cardiovasculaires

Le deuil augmente le risque de problèmes cardiovasculaires

Deuil : une boîte de nuit mobile pour évacuer son chagrin

Deuil : une boîte de nuit mobile pour évacuer son chagrin

Canada : un complexe funéraire devenu lieu d’euthanasie suscite une polémique

Canada : un complexe funéraire devenu lieu d’euthanasie suscite une polémique

« How to Say Goodbye » : un jeu vidéo qui accompagne dans le chemin du deuil

« How to Say Goodbye » : un jeu vidéo qui accompagne dans le chemin du deuil

Fausse couche : la proposition de loi validée par la commission mixte paritaire

Fausse couche : la proposition de loi validée par la commission mixte paritaire

Kodokushi : ces morts solitaires qui explosent au Japon

Kodokushi : ces morts solitaires qui explosent au Japon

L’humusation s’invite à l’Assemblée nationale

L’humusation s’invite à l’Assemblée nationale

Décider librement de sa mort : solution ou illusion contre la souffrance du mourir ?

Décider librement de sa mort : solution ou illusion contre la souffrance du mourir ?