Vos enseignes sont à pleurer !

01/03/2021Sarah Dumont2 min

témoignage

Chères pompes funèbres,

Je suis en deuil et j’ai besoin de chaleur. J’ai envie de croire qu’en franchissant votre porte, c’est ce que je vais trouver. Pourtant, votre vitrine me dit tout le contraire. Bouquet de fleurs artificielles, échantillons de bois de cercueil, meubles en formica sans âme, autocollants de promotions sur la devanture… Pourquoi le chagrin annihilerait toute envie d’esthétisme ? Pourquoi ne s’envisage t’il que dans l’austérité ?

En quête d’un endroit chaleureux

Je viens de perdre une personne que j’aimais. J’ai le cœur en miettes et, ce jour sera probablement l’un des pires de ma vie. Je cherche un endroit chaleureux où déposer mon chagrin, un homme ou une femme qui saura m’écouter, et m’aider à organiser ce dernier hommage. Il est sûrement dans cet endroit : on ne fait pas ce métier par hasard. Mais ça ne saute pas aux yeux et cette ambiance impersonnelle n’a rien de rassurant. Qui êtes-vous ? Saurez-vous répondre à mes attentes ? L’endroit ne me le dit pas. Rien dans la devanture, ni dans ce lieu, ne m’indique à qui j’ai affaire. Pourquoi votre personnalité, vos goûts ne rejailliraient pas un tant soit peu dans votre enseigne ? Un opticien franchisé aménage son espace, travaille la déco. Et vous ?

Je suis en deuil mais pas aveugle !

Ca sent la mort aseptisée ici… Pourquoi ne pas m’offrir un canapé douillet, sur lequel je pourrais me poser le temps de vous exposer ma situation ? Décorer vos murs de quelques tableaux, m’inviter à boire un thé sur une table en bois, et glisser sous mes pieds un tapis venu d’ailleurs… Je suis en deuil, mais pas aveugle ! Et j’ai justement besoin de me raccrocher à ces petits détails qui font du bien.

Pourquoi ne pas soigner l’emballage ?

C’est la seule boutique de laquelle je vais ressortir, allégée de plusieurs milliers d’euros, en ayant eu l’impression de manquer cruellement de considération. Et pourtant, ce moment restera longtemps gravé dans ma mémoire. La mort est elle à ce point taboue que ceux qui en font commerce s’interdisent de soigner l’emballage ? Il est précieux. Pensez-y.

A lire : Exit here : l’enseigne anglaise qui offre un nouveau visage au funéraire

Commentaires

Il n'y a pas encore de commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. En cliquant sur "Laisser un commentaire", vous confirmez avoir lu notre Politique de confidentialité.

*Champs obligatoires