Signes des défunts : quand nos morts se manifestent…

Signes des défunts

Crédits: Austin Chan sur Unspalsh

« J’ai eu l’impression d’être entouré de chaleur… C’était une onde bienfaisante… Il était comme collé à ma peau… Je me sentais baignée de joie et d’amour… » Certes, les variations sont multiples, mais le sens global exprimé demeure fondamentalement le même. Des personnes rationnelles témoignent de l’inouï, des signes des défunts, un contact sensible, réel, avec leurs proches décédés. Dans tous les cas, il s’agit d’une expérience spontanée, survenue sans l’intermédiaire d’un médium et le plus souvent dans les premiers jours ou semaines après le décès.

Cette expérience indéfinissable porte un nom : VSCD, « vécu subjectif de contact avec un défunt », ou encore CAD pour « communication avec les défunts ». Des termes qui, pour beaucoup de sceptiques, appartiennent au domaine des impressions, voire des affabulations mais qui, pour ceux qui portent témoignage, soulagent. Car nommer cette expérience est déjà la reconnaître.

Des signes des défunts qui ne trompent pas

De nombreuses personnes ont ainsi des contacts avec des défunts sans passer par des médiums. Ce sont des personnes que l’on pourrait qualifier de « normales » et qui ne se savent douées d’aucun don paranormal. Toutes évoquent pourtant des VSCD qu’il est possible de classer en une brève typologie.

Les VSCD les plus courants sont d’ordre :

  • sensitif : évocation d’une sensation inédite “d’enveloppement d’amour” et de chaleur intense, un sentiment de paix et de joie infini,
  • tactile : on se sent touché par une présence qui parfois peut refaire un geste familier du défunt,
  • symbolique : comme les papillons, les oiseaux ou les arcs-en-ciel,
  • physique : une lumière ou un appareil électrique qui s’allume ou s’éteint, une montre qui s’arrête définitivement à l’heure du décès,
  • visuel (vision partielle ou complète du défunt,
  • olfactif (une odeur évoquant le défunt).

Le VSCD peut survenir aussi dans un rêve où le défunt transmet un message ou encore une communication avant l’annonce du décès.  Un exemple frappant a ainsi été rapporté à plusieurs reprises : celui des dessins d’enfants ayant vécu en camps de concentration. Alors que ces dessins ont été retrouvés dans des lieux où la mort était omniprésente, on observe sur plusieurs la présence de papillons. La symbolique prend une dimension encore plus forte si l’on se souvient que, dans la mythologie grecque, l’âme acquiert des ailes de papillon. Ainsi elle peut manifester son amour de différentes manières…

Sur le même sujet :

Des chiffres parlants… Mais peu de recherches sur les signes des défunts

L’expérience du « vécu subjectif de contact avec un défunt » ne serait pas si rare. 25% des Européens et 20 à 44% des Américains déclarent l’avoir éprouvée.

Pour l’Europe, une large enquête a été menée dans 13 pays. Elle porte sur les domaines de la télépathie, de la clairvoyance et du contact avec les morts. Sur ce dernier point, les individus sondés devaient répondre à la question : Avez-vous déjà eu l’impression d’être réellement en contact avec une personne décédée ? De grandes différences par pays apparaissent, puisque les réponses positives varient entre 9% et 41% des sondés. (l’Islande en tête avec 41%, puis l’Italie avec 34%, l’Allemagne de l’Ouest 28%, la Grande-Bretagne 26%, la France 24 %, la Belgique 18%, l’Irlande et l’Espagne 16%, la Finlande et la Suède 14%, la Hollande 12%, le Danemark 10% et la Norvège 9%). En résumé, il ressort en moyenne qu’un quart des Européens reconnaît avoir eu un contact direct avec un être décédé.

Pour les États-Unis, les estimations, prudentes, annoncent 20% de réponses positives à la question. Mais certaines estimations avancent un pourcentage beaucoup plus élevé, notamment chez les parents et les enfants en deuil, les veufs et veuves.

Malgré ces chiffres élevés, nous n’en sommes encore qu’aux balbutiements de la recherche dans le domaine. « A ce jour, il n’existe aucune équipe de chercheurs qui répertorient, de façon systématique, les récits de VSCD, en écartant ce qui est de l’ordre du psychiatrique (hallucinations, délires d’interprétations etc.) pour ne s’en tenir qu’à des faits tangibles. Les voies d’investigation sont désormais ouvertes… » constate le psychiatre français Christophe Fauré, spécialiste de la fin de vie et du deuil.

À écouter : Anne Tuffigo, médium, dialogue avec les défunts et décrypte leurs signes : Podcast “La mort peut être un cadeau”.

Des signes des défunts racontés par des proches

Depuis que je m’intéresse à ce sujet, les langues se délient, plusieurs personnes me parlent spontanément d’expériences comparables. Pour n’en citer que quelques-unes, trois personnes m’ont raconté avoir reçu la visite d’un défunt ne sachant pas qu’il était mort. L’une a éprouvé une forte sensation de présence du défunt auprès d’elle. La seconde a senti un souffle qui la bousculait et a spontanément pensé au défunt. La troisième personne dormait et a eu l’intuition du décès dans un rêve. Toutes trois se trouvaient à des centaines de kilomètres du lieu du décès.

Sophie, la compagne d’un ami récemment décédé, me confie que le matin des funérailles, un oiseau a cogné à deux ou trois reprises à sa fenêtre à coups de bec. Elle l’a pris comme un signe. Quelques jours plus tard, alors qu’elle se reposait, elle a cette fois fortement ressenti la présence physique de son compagnon dans son lit pendant environ cinq bonnes minutes, comme si, dans un puissant enveloppement d’amour, il la tenait dans ses bras. « Ce fut tellement intense, me dit-elle, que j’étais persuadée qu’il était là. Puis j’ai senti qu’il se détachait de moi. Et à ce moment-là, je me suis tout de suite retournée pour voir si cette “présence” était là physiquement. Les jours suivants, j’étais pressée d’aller me coucher car j’avais l’espoir que cette expérience se renouvellerait, mais cela ne s’est jamais reproduit. »

Lire aussi : Depuis un an, je suis en contact avec des défunts 

Publicité
Artombal Monuments Funéraires Modernes

Ils passeraient aussi par les ondes et le végétal…

J’apprends aussi que lors des funérailles de la mère d’une connaissance, le téléphone de la meilleure amie de la défunte a sonné. L’écran affichait le numéro de la personne décédée. Néanmoins nul ne se trouvait au bout du fil et après vérification, personne n’avait utilisé le téléphone de la défunte. Troublant non ? D’autant plus que cette connaissance est plutôt réfractaire à ces sujets. Ce phénomène téléphonique figure parmi les études réalisées sur les VSCD. Autre signe assez surprenant encore, perçu à travers le végétal : deux personnes m’ont rapporté un témoignage similaire. L’une d’entre elles a vu la plante que lui avait offerte son frère décédé refleurir le lendemain de son décès, la plante était pourtant morte et ne recevait aucun soin depuis des mois. Elle n’a jamais refleuri ensuite…

À lire : Les morts nous entendent-ils ? Peut-on communiquer avec eux ? Une médium nous éclaire sur le sujet !

Au-delà du cercle des intimes

Au départ, le pourcentage relevé par les études d’une personne sur quatre ayant reçu ainsi un signe d’un défunt, m’a paru incroyable. Mais je me suis vite aperçue qu’il suffisait que je parle de ma propre expérience de VSCD, ressentie lors du décès de mon père (phénomène qui a duré 3 jours et demi !), pour que d’autres que moi osent à leur tour en parler. La plupart des gens craignent tout simplement de passer pour des illuminés !

En attendant plus de confirmations scientifiques de ces phénomènes, le partage d’expérience demeure une manière d’en attester. Sans cela, combien de fois ne passerait-on pas à coté de ces phénomènes, sans savoir que c’est peut-être notre cher défunt qui nous envoie un signe… À moins que nous ne préférions qualifier tout cela de « hasards »…

À lire : Valérie Seguin, est l’auteure du film “Et si la mort n’existait pas” (visible sur Youtube) et du livre “Les trois jours et demi après la mort de mon père” (Editions Les Arènes, 2015), un témoignage enquête aux frontières de la mort.

Commentaires

  • Sarah Dumont

    Bonjour Mireille Nous sommes de tout cœur avec vous. Avez vous contacté une association d'accompagnement du deuil pour vous aider ? Elles proposent des entretiens individuels et des groupes de parole. Nous pouvons vous orienter si besoin.

  • Thiel Mireille

    Bonsoir Mme, Mon petit frère est décédé le 01/01/2020 est depuis je n arrive pas a faire mon deuil car la famille m'a interdit de participer à l enterrement à ce jour je suis meurtrie très très triste nous étions très fusionnels il me manque terriblement !!! Comment pouvez vous m aidez à surmonter ce chagrin énorme que j ai depuis 2 ans ,mon cœur pleure encore et encore. Ma tristesse est insurmontable. En espérant d ' avoir une réponse favorable . Je vous dis un grand MERCI. Cordialement. Mme thiel Mireille

  • Axelle Faivret

    Bonjour, Merci pour votre message. Je suis désolée, mais nous ne pouvons pas vous répondre. Nous relayons la parole d’experts du sujet mais nous n’avons aucunes capacités extra-sensorielles.  Néanmoins, ces deux associations proposent des séances de médiumnité publique à Paris et dans toute la France : https://www.usf.paris/ https://lescygnes63.fr/84-Les-autres-associations.html Nous espérons que vous trouverez des réponses.

Happy End

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. En cliquant sur "Laisser un commentaire", vous confirmez avoir lu notre Politique de confidentialité.

*Champs obligatoires