Comment parler avec les morts ? Une médium nous répond

parler-avec-les-morts@Scott Eckersley/Unsplash

 

 

Est-il possible de parler aux morts? Marylène Coulombe, medium, auteure du livre Apprivoiser la mort : l’Au-delà, Un monde à découvrir, nous éclaire sur la question.

Vous vous battez contre l’idée qu’il faut laisser nos défunts tranquilles après leur mort. Pourquoi faut-il parler aux morts ?

Marylène Coulombe : Nos défunts nous disent qu’ils ont besoin de nous entendre et de savoir que nous pensons à eux, pour continuer à avancer dans la lumière. Ces nouvelles âmes sont plus près de notre plan terrestre que des autres dimensions. De ce fait, lorsqu’ils décèdent, nos défunts nous entendent bien avant d’entendre les êtres de lumière. En revanche, lorsque je parle de communication au moment du départ de l’âme, il s’agit de discuter avec elle, de prier pour elle, et non d’effectuer des demandes pour nous-mêmes. Il arrive que certaines communications aient lieu à peine quelques secondes après la mort terrestre d’un proche. Bien des gens affirment avoir vu, en rêve ou dans une apparition, un être cher venir près d’eux pour les saluer, puis avoir appris le lendemain que cette personne avait trépassé au milieu de la nuit. Les âmes qui reprennent rapidement toute leur conscience peuvent communiquer immédiatement avec nous, alors que d’autres souhaiteront plutôt aller se reposer dans un endroit plus tranquille avant de nous faire signe.

Lire aussi : Signe des défunts, comment nos proches décédés se manifestent-ils ?

Comment peut-on aider les défunts à s’élever ?

Marylène Coulombe : La meilleure manière d’aider un défunt à s’élever est de prier pour lui. Contrairement à ce que l’on pense, une prière n’est pas forcément religieuse. Prier signifie accorder de l’attention au défunt, se souvenir d’une belle parole qu’il ou elle nous a dit et la répéter à l’occasion. Parfois, les gens me demandent si telle ou telle formulation est correcte. Je leur réponds toujours d’écouter leur cœur pour communiquer avec leur proche décédé. Il faut essayer de libérer son mental, et de formuler clairement ses demandes et ses intentions. On peut y parvenir en méditant, en chantant, dans son bain, dans sa voiture… Il s’agit surtout d’envoyer à son défunt un flot d’énergie d’amour et de tendresse. Cela peut être aussi un moment collectif en se réunissant autour d’un verre et le lever en signe de salut pour cette personne. Pour moi, tous ces gestes sont des prières en soit.

Quels conseils nous donneriez-vous pour parler avec les morts ?

Marylène Coulombe : Selon les personnes, il est plus ou moins facile de rentrer en contact voire de parler aux morts. L’âme va comprendre votre message de façon télépathique. Vous pouvez parler avec les morts à voix haute ou à l’intérieur de vous-même tout en effectuant un rituel. Ils peuvent être de tout ordre :

  •  avec des bougies : elles représentent la lumière, la chaleur et l’énergie. Elles se consumeront en envoyant continuellement des ondes bénéfiques à l’âme.
  •  avec de la musique : elle élève les vibrations de l’endroit, de la personne qui l’entend et de l’âme qui la perçoit. Cela aide l’âme à comprendre son cheminement et nous donne plus de pouvoir et d’énergie pour mener à bien notre rituel.
  • avec des papillons : ils représentent la liberté, l’envol de l’âme. Ils symbolisent en plus la transformation de la personne terrestre en une belle âme.

Tout ceci aidera l’âme des défunts à progresser vers la lumière. Si ces rituels n’évoquent rien pour vous, n’hésitez pas à inventer les vôtres. Il est bon de suivre votre intuition !

A lire aussi : Ils ont reçu un signe de leur défunt : témoignages

Quand un proche est dans le coma. Comment peut-on l’accompagner au mieux ?

 Marylène Coulombe : Lors d’un coma, l’âme est à l’extérieur de son corps, donc elle est dans un plan autre que le plan physique. Elle se trouve dans un plan parallèle au nôtre et erre, tout comme une personne en train de rêver d’ailleurs. Vous pouvez demander à rencontrer cette âme dans vos rêves. Si elle est assez consciente de son état, elle pourra vous rejoindre et vous donner des informations concernant son état. Il ne faut donc pas cesser de parler à une personne dans le coma ! Son âme n’est jamais très loin. Elle est peut-être même en train de vous regarder et de vous écouter. Nombres de personnes qui sont revenues d’un coma ont été capables de répéter des mots et des phrases qui avaient été échangés entre des individus dans le lieu où reposait le corps.

Ecoutez le podcast avec Anne Tuffigo, médium et celui de Stéphane Allix, auteur de Après… Quand l’au-delà nous fait signe

Vous affirmez que les funérailles sont importantes pour le défunt. Ce moment d’en revoir les aident-ils à s’élever ?

Marylène Coulombe : Pour l’âme, assister à ses funérailles est particulièrement utile dans son évolution dans l’au-delà. Elles lui serviront, entre autres, à emmagasiner de l’énergie pour évoluer vers sa lumière. L’âme doit elle aussi vivre à sa façon, une période de deuil ! Lorsqu’une personne meurt, il existe une période de latence pendant laquelle l’âme se détache du corps. Pendant ce laps de temps, l’âme prend conscience et accepte la mort du corps. Un défunt n’assiste à ses funérailles que s’il a compris et réalisé qu’il est décédé, sinon il ne peut y être en temps réel, car il ne comprendrait pas vraiment ce qu’il s’y passe (même si participer à ces moments qui lui sont consacrés pourrait l’aider à comprendre que son voyage sur terre est bel et bien terminé). C’est aussi lors de cet événement que le défunt verra la sincérité de ceux qu’il a côtoyés de son vivant. Chacun des gestes posés entre la nouvelle du décès et la mise en terre du défunt est très important pour le repos de l’âme, pour la paix de celle-ci et pour lui permettre d’atteindre la lumière.

Ecoutez l’interview de Christelle Dubois, médium et professionnelle du funéraire : “Les défunts assistent à leur enterrement !”

Quand on imagine l’au-delà, on en a souvent une vision lointaine. Pouvez-vous nous dire où sont les défunts ?

Marylène Coulombe : Nous croyons souvent, à tort, que les défunts sont loin de nous physiquement. Quand nous parlons d’eux, nous regardons alors vers le ciel et nous imaginons que les plans sont dans ces dimensions éloignés. Bien au contraire, ils se superposent tous, comme si l’on prenait plusieurs photos sur un même négatif. Dans l’au-delà, la distance et le temps n’existent pas. Cela ne prend qu’une fraction de seconde à l’âme pour se rendre dans un plan particulier. Certains médiums considèrent que cette dimension contient sept plans. J’en situe dix pour ma part sur une échelle qui commence des plans d’ombre vers les plans de lumière.

Nos animaux ont-ils ont une âme et peuvent-ils communiquer avec nous ?

Marylène Coulombe : Tout être vivant à une âme. On peut parler avec les morts même si ce sont des animaux ! Les âmes des animaux vont sur différents plans. Elles peuvent se retrouver sur un plan qui n’appartient qu’à elles, mais elles peuvent aussi aller aider un ancien maître à traverser dans la lumière. Elles sont capables d’amour inconditionnel et les défunts ont besoin de cette énergie pour avancer. Il est possible de prendre contact avec elles par le biais de transmission d’énergie ou de simplement ressentir leur présence. Plusieurs personnes témoignent sentir que leur animaux disparus sont près d’eux ; comme entendre son chien gambader dans la maison. Certains médiums se spécialisent même dans la communication avec les animaux.

Vous dialoguez beaucoup avec des personnes décédées suite à un suicide. Comment cela se passe pour ces âmes dans l’au-delà ?

Marylène Coulombe : L’âme s’associe à un corps physique pour aller sur la terre guidée par une mission de vie. Lorsqu’une personne se suicide, elle rompt le « pacte de l’âme ». Le mental a pris le dessus mais la mission de vie n’est pas achevée. La mort du corps physique ne signifie pas que l’âme est débarrassée de ses tourments. Une fois que celle-ci aura découvert son nouvel état, elle prendra conscience de son geste. Elle comprendra qu’elle devra repasser par ce qu’elle a vécu dans une autre incarnation afin d’accomplir sa mission de vie et s’élever pour atteindre en finalité la lumière ou le paradis.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Faire défiler vers le haut

Recevez la newsletter de Happy End