Témoignages de VSCD : ils ont reçu un signe d’un proche décédé

Des lumières qui scintillent, des odeurs soudaines, des coups de téléphone étranges… Vous êtes nombreux à partager, chaque jour, avec nous, les signes que vous recevez de vos proches décédés. Découvrez huit nouveaux témoignages bouleversants.

Lire également : Signes des défunts : quand nos morts se manifestent

Fabien, “La lumière s’est allumée toute seule et clignotait de manière irrégulière”

“Ma grand-mère est décédée la semaine dernière. C’était une personne d’une grande bonté et je l’aimais beaucoup, comme une deuxième mère. Un lien très fort nous unissait. Une lumière, dans ma salle de bain, ne s’est jamais allumée. Même en changeant l’ampoule, ça n’a jamais fonctionné. Le lendemain de ses funérailles, alors que j’étais dans la salle de bain (seul dans la maison), elle s’est allumée toute seule et s’est mise à clignoter de manière irrégulière, comme pour communiquer avec moi. J’ai le sentiment que c’était ma grand-mère qui m’envoyait un message pour me dire que tout allait bien pour elle. Puis, la lumière s’est éteinte toute seule. J’ai regardé s’il n’y avait pas un faux contact. Depuis ce jour-là, la lumière ne s’allume plus. Je suis une personne très cartésienne, mais en parlant de cette expérience autour de moi, je m’aperçois que ce n’est pas si rare. Je suis encore troublé mais j’ai maintenant le sentiment de changer de paradigme de vie. A noter pour le clin d’œil que quelques jours avant l’AVC de la grand-mère, elle avait rencontré pour la première fois son deuxième petit-fils, né le même jour qu’elle.”

Yvelise, “Une coccinelle un 9 novembre, c’est rare !” 

“Mon compagnon est décédé le 19 octobre. Lors de sa crémation, le 27 octobre, j’ai déposé une rose rouge où la fleuriste avait déposé une petite coccinelle en bois. J’avais demandé à ce qu’elle la place là, en souhaitant que mon compagnon vienne me rendre visite sous la forme de cet insecte. Ce matin, sur le rideau du séjour, il y avait une petite coccinelle. Une coccinelle un 9 novembre, c’est rare, même très rare. Je veux croire que c’est mon amour qui est venu me voir.” 

A lire : “Les morts nous parlent, apprenons à les entendre”

Grignette, “Je voyais à la façon dont ils se regardaient tous qu’ils étaient très étonnés” 

“Mon mari est mort le 19 octobre 2019 d’une longue maladie. C’est une personne dont on avait annoncé en 1998 qu’il n’en avait que pour 6 mois à vivre. Lorsque je l’ai rencontrée en 2004, ça a été le coup de foudre. Tous les médecins qu’il rencontrait étaient abasourdis par sa volonté et sa force de caractère. Tous les après-midi, il était sur son tapis de course, son vélo ou faisait de la musculation. 

Le jour de sa mort à été éprouvante car au moment de partir à l’hôpital, il a fait un malaise cardiaque. Les urgentistes lui ont fait un massage cardiaque et 20 minutes plus tard, je l’ai entendu émettre un râle, comme pour souligner son agacement. Alors, j’ai pris la décision de dire au médecin de le laisser tranquille. Et j’ai dit à mon cher et tendre qu’il pouvait partir. Une heure plus tard, il était déclaré mort. Les urgentistes et pompiers sont partis et je me suis retrouvée toute seule à pleurer contre son cœur… puis à un moment, j’ai entendu un battement de cœur. J’ai rebranché l’oxygène et appelé l’infirmière qui a vérifié le pouls et la saturation d’oxygène. Le pouls était minime voir inexistant, mais son coeur battait légèrement quand je lui parlais. Lorsque le médecin est arrivé, il a confirmé qu’il n’y avait pas d’espoir possible, mais je voyais à la façon dont il se regardaient tous qu’ils étaient stupéfaits. 

Le soir même, mon mari est venu me pincer les doigts de pieds. C’était une blague entre nous. Le premier qui partira viendra chatouiller les pieds de celui qui reste. Si je vous ai raconté tout ça, c’est parce que depuis ce jour, il me caresse le visage, la tête, les cheveux, les bras, lorsque je lui demande de me faire un câlin. Je discute également beaucoup avec lui par l’intermédiaire d’une bougie.”

Découvrez : le témoignage de Bertrand, 64 ans, ayant vécu une expérience de mort imminente. 

Logis, “J’ai senti un parfum très particulier” 

Ma première expérience de VSCD a eu lieu en 1998. Je savais mon père était malade d’un cancer depuis plusieurs années, mais il avait un traitement et les médecins n’envisageaient pas son décès à court terme. Je lui avais parlé au téléphone 3 jours avant sa mort et il allait parfaitement bien. La nuit de son décès, je dormais profondément et soudain, j’ai fait un rêve d’une incroyable réalité. Les couleurs étaient vives et lumineuses. Mon père et moi étions dans une montgolfière et nous montions très vite. Le ciel était d’un bleu clair, translucide, magnifique. Mon père se penchait dans le vide, car il voulait redescendre. Et puis tout d’un coup il s’est retourné, m’a regardé et m’a souri. Puis tout s’est arrêté et je me suis réveillée. Le lendemain, dans la matinée, on m’a téléphoné pour m’apprendre sa mort la nuit précédente.

La deuxième VSCD s’est déroulée en 2013. Dans la journée, j’ai appris le décès d’une collègue que j’aimais beaucoup. Elle avait 62 ans et est décédée dans son sommeil. Elle vivait seule, tout comme moi. Le soir, arrivée chez moi, je me suis adressée à elle en lui demandant de m’envoyer un signe pour me faire savoir que tout allait bien pour elle. Vers 20h30, j’allais préparer mon repas, lorsque j’ai senti un parfum très particulier : un parfum de figues. Mon logement est tout petit. Les fenêtres étaient fermées. Je suis sortie dans le couloir et dans la rue, mais le parfum n’était que dans mon appartement. Puis, il s’est estompé. C’est seulement dans mon sommeil que j’ai réalisé ce qui c’était passé, et cela m’a réveillée. Ma collègue et amie adorait parfumer son appartement avec un parfum d’ambiance de figuier. Je pouvais le reconnaître sans me tromper.”

Sylvie, “C’est une formidable histoire qui nous a aidé à surmonter ce drame” 

“J’ai besoin de livrer mon témoignage véritablement étonnant pour nous qui l’avons vécu et aussi tellement réconfortant car il me donne la certitude que mon père est au “ciel”. Je sais que tout va bien et qu’il nous attend. Mon père est décédé le 18 septembre 2020 à 11h30. Nous étions réunis dans sa chambre d’hôpital pour son dernier souffle. Nous sommes arrivés in extremis, mais papa nous a attendu pour partir. Il n’était plus conscient, mais il a battu des paupières pour répondre à nos pleurs, nos bisous et nos “je t’aime”. En 5 minutes, il était parti. Nous étions alors quatre dans la chambre : ma mère, ma sœur, moi et une infirmière.

L’infirmière nous expliquait les futurs démarches. A 11h40, le portable de ma mère sonne : c’est un appel de Robert (mon père décédé). Ma mère, sidérée, éteint son téléphone. Nous n’avons pas réagi car nous étions bouleversés par la situation. Quelques minutes plus tard, le téléphone re-sonne et c’est encore Robert. Ma mère l’éteint une nouvelle fois. Il faut comprendre que l’on ne s’attendait pas à ça. J’ai vérifié le téléphone de mon père mais il n’y avait rien. Je le repose et le téléphone re-sonne ! On s’est regardées en panique avec ma mère et ma sœur. L’infirmière nous a demandé ce qu’il se passait. On lui a répondu : “c’est le téléphone de mon père qui n’arrête pas d’appeler ma mère !” Elle l’a pris pour l’éteindre complètement en lâchant : ” je vais l’éteindre, c’est des coups à faire des cauchemars ça !” 

De retour chez nous, à 50 km de là, nous commençons les préparatifs pour accueillir la dépouille de mon père à la maison. Le téléphone de mon père éteint était posé sur la cheminée, et nous étions à l’extérieur en famille. Il était 16h et de nouveau, le téléphone de ma mère a sonne.

Pour nous, c’est un formidable espoir qui nous a beaucoup aidé à surmonter ce drame et je voudrais que tout le monde le sache. Nous n’avons qu’un seul regret : ne jamais avoir eu le courage de répondre au téléphone : qui sait ce qui ce serait passé ? “

A lire également : Communiquer avec les mort, comment faire ? 

Franco, “Ce n’est certainement pas un hasard”

“Je lisais les commentaires sur votre site, que j’ai découvert parce que je cherchais l’interprétation de certains signes après le décès de ma maman en août dernier. Au moment où je quitte la page, je reçois un e-mail d’un collègue avec un lien vers une vidéo d’une sortie moto (je suis motard) agrémentée d’une musique des Rolling Stones… et devinez quel titre : “I’m a ghost” (je suis un fantôme), aussitôt suivi du titre “Miss you” (tu me manques). Je n’ai fait ni une ni deux, je me suis reconnecté sur cette page pour témoigner. Ce n’est certainement pas un hasard !”

Publicité
Artombal Monuments Funéraires Modernes


Mélynda, “J’ai pensé à une coïncidence mais j’ai alors regardé cette lumière les jours suivants mais cela ne s’est jamais reproduit” 

“Mon papa nous ayant quittés ce mercredi 8 septembre 2021 à 22h55, j’ai pu vivre deux expériences inexplicables. Tout d’abord, j’ai veillé mon papa durant 7 jours à la maison funéraire. Un soir, avant de partir, je lui ai demandé de me faire un signe, de me montrer qu’il était toujours là… et à peine 15 secondes plus tard, la lumière au dessus de son lit a vacillé !

J’ai pensé à une coïncidence mais j’ai alors regardé cette lumière les jours suivants et cela ne s’est jamais reproduit….

Deuxième chose troublante qui m’est arrivé hier soir : en entrant dans ma chambre, j’ai senti une forte odeur qui m’a percuté le nez : celle de mon papa. Et je peux vous assurer que je l’ai vraiment sentie. Ce n’est pas le fruit de mon imagination. Pourtant, aucune affaire à lui n’était dans ma chambre. Au bout de 30 secondes, l’odeur est partie…”

Olivier, “J’ai déjà eu un coup de téléphone étrange” 

“Un jour, en 2007, notre téléphone fixe sonne. Sur l’écran, c’est notre numéro de fixe qui s’affiche et je me dis “c’est un bug puisque nous avons qu’un seul poste”…

Je n’ai pas décroché mais le symbole enveloppe signifiant qu’un message vocal a été laissé apparaît sur l’écran. Sur le message, j’entends une grande inspiration suivie d’une expiration, comme un soulagement. Je reste scotché, avec le sentiment que ça venait d’ailleurs, pas du réel. Je décide de réécouter ce message mais là, plus aucune trace. Impossible de le réécouter. Je n’ai jamais su qui c’était d’autant que le fils de notre voisin était décédé suite à une électrocution et que d’autres phénomènes très déconcertants s’étaient produit : des bruits de course dans le grenier alors que personne n’y était ou l’image soudaine d’une silhouette bleutée nous observant à la fenêtre.”

Commentaires

  • Mahieu stephane

    C,était l,amour de ma vie décedé d,une noyade, 29ans après je suis toujours fou d,elle, elle m,avait offert une montre elle est décédé le 4 avril 93 à 15h à chaque fois que cette montre tombe en panne de batterie c,est à 3h... et le 4 avril le jour de sont décès elle c,est arrêté à3h aussi... je vis à l,ile maurice, belge d,origine, et c,est l,ile de la plongée.. ça passion qui l,a tué à méditer...

  • isabelle

    mon ami est décédé le 20 février 2017, et le 6 mai 2017 c'était un dimanche je devais jeter à la décharge la chaise cassée qui était devant le garage et à ma grande surprise sur la chaise il y avait des coeurs, des signes que seul mon ami mettait dans les courriers, j'ai vite compris que c'était lui en plus il a mis le signe du taureau comme il faisant d'habitude, puis j'ai gardé la chaise elle est dans ma chambre, dites-moi que la mort n'est qu'un passage merci

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. En cliquant sur "Laisser un commentaire", vous confirmez avoir lu notre Politique de confidentialité.

*Champs obligatoires