Un évènement, une histoire à partager à la communauté Happy End ? Je partage mon témoignage

Le compost humain* est enfin légalisé ! Le pionnier en la matière est l’État de Washington, aux États Unis. L’inhumation, la crémation et l’embaumement étaient jusqu’à peu les trois pratiques proposées aux habitants lors d’un décès. Une nouvelle loi « relative aux restes humains » propose désormais le compost des défunts dans ses offres d’obsèques. Cette décision a été approuvée par la chambre des députés, puis par le sénat et signée, mardi, par la plume du gouverneur démocrate Jay Inslee. En tant que méthode funéraire respectueuse de la nature, cette mesure a tout pour convaincre le reste du monde.

La crémation pollue la planète

Derrière cette légalisation, la société Recompose, gérée par Katrina Spade. En 2016 déjà, cette femme popularisait le compost humain sur le tapis rouge d’un Ted Talk. Avec un sourire désolé, elle affirmait que les crémations aux États Unis étaient responsables, selon ses chiffres, d’émissions de 300 millions de CO2 par an : « L’horrible vérité est que l’ultime chose que la plupart des gens feront sur Terre est de l’empoisonner » . À l’inverse, en effet, aucun appareil électrique, ni élément chimique n’est utilisé pour le compost, puisque le corps repose en terre, entouré de simples broyats de bois et autres éléments organiques. Le compost humain ne cause donc aucune émission de carbone, n’est pas énergivore et ne nécessite pas d’importation de cercueils, ni d’installation de caveaux.

Inspirés par le compost des vaches dans les fermes, la validité du processus de compost des êtres humains a été confirmée par Recompose à la suite d’une expérimentation réalisée en 2014. Grâce à six corps donnés à la science, la société a travaillé en association avec le département d’anthropologie légale de l’université Western California (Californie du Nord).


Le compost humain permet au corps du défunt d’être source de vie

Selon Katrina Spade, par son procédé, la crémation exprime un rejet de la mort. Dans le compost, la mort humaine redevient liée au vivant et n’est qu’une simple étape dans un cycle naturel, où le corps du défunt peut encore être source de vie s’il est réintégré à la terre. Car la finalité n’est pas la simple disparition du corps humain, mais sa renaissance dans un terreau fertile, pouvant donner vie à un arbre autour duquel les familles viendront se recueillir.

Architecte de formation, Katrina Spade imagine une infrastructure ultra-moderne pour accueillir le compost humain, au cœur de Seattle. Concrètement, le corps du défunt y est d’abord placé dans un tube hexagonal dans lequel on ajoute des copeaux de bois, de la paille et de la luzerne. Cet espèce de tombeau est porté à une chaleur optimale, avec la bonne quantité d’eau, d’azote et d’oxygène pour accélérer la décomposition naturelle du  corps.  Les microbes se mettent alors au travail et le corps est retourné régulièrement et automatiquement pour faciliter son démantèlement progressif. Au bout de trente jours environ, « le matériau que nous remettons aux familles ressemble fortement au terreau que vous pourriez acheter dans votre pépinière« , assure la start-up.

Cette technique funéraire ne vient pas en remplacement des méthodes plus traditionnelles d’inhumation ou de crémation, mais permet à chaque citoyen de choisir celle qui convient le plus à sa conception de la mort.

Et en France ?

46% des Français.e.s seraient prêts à recourir à l’humification selon un sondage réalisé par Opinionways pour l’association Humo Sapiens et MAIF en septembre 2022. « Cette étude menée avec la MAIF est une première étape. C’est une boussole pour mesurer les attentes des français en matière de funérailles régénératives. Nous allons maintenant tirer les enseignements de cette étude pour réunir les conditions sociales, techniques et légales nécessaire à la reconnaissance de l’humification (ou compostage humain) en France. Une future étape sera de tester ce mode de sépulture sur un territoire en France », explique Pierre Berneur, président de l’association Humo Sapiens.

Lire aussi :

Commentaires

  • nathalie guillaume
    nathalie guillaume
    Le 01/05/19

    mais comment peut t’on laisser son enfant en tant que compost humain? mais j’ai pas de mots à ce que je ressens en cet instant ou je lis ces mots? je viens de perdre mon enfant l’amour! le soleil de ma vie et je dvrais accepter qu’elle soit juste un compost?ça c’est juste rédibitoir à mes yeux! j’ai dû me tromper de site! je pensais entrer en contact avec vous pour pouvoir recevoir des messages de sa part! une maman dévastée plus morte que vivante!

    • Sarah Dumont
      Sarah Dumont
      Le 01/05/19

      Bonjour Nathalie,

      Ce site a vocation à parler de la mort et du deuil sous différents aspects aussi bien pratiques que spirituelles, d’apporter du réconfort aux personnes endeuillées mais aussi d’aborder les nouveautés en matière de funéraire en France et à l’étranger. D’où ce sujet sur cette nouvelle loi aux Etats-Unis. Cette solution sera probablement impensable pour beaucoup d’entre nous mais elle peut aussi intéresser d’autres personnes. Je suis désolée si cela est venu s’ajouter à votre énorme chagrin.

      Sarah

  • nathalie guillaume
    nathalie guillaume
    Le 01/05/19

    mais comment peut t’on laisser son enfant en tant que compost humain? mais j’ai pas de mots à ce que je ressens en cet instant ou je lis ces mots? je viens de perdre mon enfant l’amour! le soleil de ma vie et je dvrais accepter qu’elle soit juste un compost?ça c’est juste rédibitoir à mes yeux! j’ai dû me tromper de site! je pensais entrer en contact avec vous pour pouvoir recevoir des messages de sa part! une maman dévastée plus morte que vivante!

    • Sarah Dumont
      Sarah Dumont
      Le 01/05/19

      Bonjour Nathalie,

      Ce site a vocation à parler de la mort et du deuil sous différents aspects aussi bien pratiques que spirituelles, d’apporter du réconfort aux personnes endeuillées mais aussi d’aborder les nouveautés en matière de funéraire en France et à l’étranger. D’où ce sujet sur cette nouvelle loi aux Etats-Unis. Cette solution sera probablement impensable pour beaucoup d’entre nous mais elle peut aussi intéresser d’autres personnes. Je suis désolée si cela est venu s’ajouter à votre énorme chagrin.

      Sarah

4 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Happy End, responsable de traitement, collecte et publie vos commentaires pour vous permettre de partager vos avis. Nous vous invitons à ne pas communiquer vos données personnelles sensibles car votre commentaire va être public. Pour plus d’informations sur le Traitement de vos Données à caractère personnel par Happy End, veuillez consulter notre politique de confidentialité.

J’anticipe mon départ

Nous vous guidons dans la rédaction de vos dernières volontés pour soulager vos proches de choix difficiles.

Des articles sélectionnés pour vous

Humusation animale : ces jeunes ingénieurs planchent sur un service d’humusation pour animaux de compagnie

Humusation animale : ces jeunes ingénieurs planchent sur un service d’humusation pour animaux de compagnie

Green burial : une alternative de funérailles durables et écologiques

Green burial : une alternative de funérailles durables et écologiques

Compostage humain : l’Allemagne lance une expérimentation

Compostage humain : l’Allemagne lance une expérimentation

Le compost humain devient légal dans l’État de New York !

Le compost humain devient légal dans l’État de New York !

Canada : un complexe funéraire devenu lieu d’euthanasie suscite une polémique

Canada : un complexe funéraire devenu lieu d’euthanasie suscite une polémique

L’humusation s’invite à l’Assemblée nationale

L’humusation s’invite à l’Assemblée nationale

Une couronne de fleurs écolo et personnalisable pour accompagner le deuil

Une couronne de fleurs écolo et personnalisable pour accompagner le deuil

Un cercueil en forme de bateau ou de gâteau… En Nouvelle-Zélande, tout est permis !

Un cercueil en forme de bateau ou de gâteau… En Nouvelle-Zélande, tout est permis !

Un cimetière sous-marin au large des côtes de Miami

Un cimetière sous-marin au large des côtes de Miami

Suicide assisté : un italien tétraplégique de 43 ans obtient le droit de mourir

Suicide assisté : un italien tétraplégique de 43 ans obtient le droit de mourir