Enterrement catholique : comment ça se passe ?

Prières, veillée mortuaire, mise en bière... L'enterrement catholique est empreint de rites et de symboles, offrant un message d'espérance à l'entourage du disparu.

L’enterrement catholique, à l’église et au cimetière

En France, l’enterrement catholique reste le plus courant. La cérémonie se déroule à la fois à l’église et au cimetière. Le prêtre joue un rôle central et épaule les familles lorsqu’il s’agit d’organiser les obsèques catholiques ainsi que la cérémonie. Le plus souvent, c’est l’inhumation qui est privilégiée, même si l’Eglise ne proscrit pas formellement la crémation. Cette tradition trouve ses origines dans l’histoire. En effet, le Christ fût inhumé après son exécution. Par la suite, les catholiques ont donc adopté cette pratique. Les pompes funèbres, avec la participation du prêtre, s’occupent de la dernière étape, la mise en terre. La cérémonie funéraire catholique se soumet à divers rites et étapes bien précis. L’enterrement catholique est avant tout un message d’espérance, qui permet aux familles de trouver du réconfort dans l’idée que le défunt trouvera une vie calme et paisible dans l’au-delà. L’espoir chrétien dans la vie éternelle et l’amour du Christ constituent le coeur de la cérémonie des funérailles catholiques.

Une organisation méticuleuse

Lorsqu’un décès intervient dans une famille catholique, l’église ou le presbystère auxquels elle est rattachée est contacté, en concertation avec les pompes funèbres. Si la famille connaît déjà un prêtre, il peut être choisi pour officier. C’est lui qui assistera la famille dans l’organisation de la cérémonie religieuse ainsi que l’équipe de la paroisse. Ensemble, ils guideront la famille dans le choix des musiques, des prières et la lecture de textes. Si le défunt connaissait un prêtre de son vivant, il est préférable de faire appel à lui. En effet, cela rendra la cérémonie plus personnalisée. Lors d’un enterrement catholique, la famille peut participer de façon active à la préparation de la cérémonie. Selon le souhait des proches, une veillée funéraire peut être organisée au domicile du défunt. Cette cérémonie traditionnelle, bien qu’elle soit moins courante de nos jours, permet à l’entourage de se rassembler et de se recueillir autour du corps du défunt. Le prêtre vient alors au funérarium pour bénir le corps avant et pendant la mise en bière réalisée par le personnel de l’entreprise de pompes funèbres.

Une cérémonie religieuse catholique marquée par des symboles

La cérémonie peut être réalisée par un prêtre ou par un laïc délégué pour cette fonction. Les rites sont très présents lors d’une cérémonie funéraire catholique, ils manifestent des symboles puissants. La cérémonie débute généralement par le rite de la lumière. Les proches du défunt (souvent les petits-enfants) allument deux cierges à la lumière pascale que l’on place de chaque côté du cercueil. La lumière symbolise l’espérance du Christ ressuscité. La cérémonie des obsèques est rythmée par des temps de prières choisis par la famille et lus par le prêtre. Se succèdent souvent une première lecture, le psaume et l’évangile, des intentions préparées par la famille ainsi qu’un chant d’adieu. La célébration s’achève par le rite de l’encensement du cercueil. L’assistance et les proches sont alors invités à bénir le cercueil ou à effectuer un geste d’amitié en posant une main sur le cercueil ou en faisant un signe de croix. Fréquent également, l’aspersion du cercueil avec de l’eau bénite. Ce geste rappelle aux chrétiens leur propre baptême. Chacun de ces rites joue un rôle important : ils permettent aux familles catholiques de faire leur deuil et d’accompagner le défunt vers sa nouvelle vie.

La mise en terre, un dernier adieu personnalisé 

La mise en terre, étape cruciale dans un enterrement catholique est réalisée par les employés des pompes funèbres. C’est le moment où les proches et la famille se réunissent pour exprimer leur affection envers le disparu avant que le cercueil ne soit descendu en pleine terre ou dans un caveau. Les catholiques peuvent lire un texte ou une prière ou diffuser une musique, chère au défunt, pour accompagner ce moment important. Le plus souvent, il est proposé à l’assemblée de jeter de la terre ou des fleurs sur le cercueil en guise de dernier adieu.

À lire aussi : Enterrement juif : comment ça se passe ? 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Faire défiler vers le haut

Inscrivez-vous à notre newsletter