Deuil : les étapes avant de revivre selon Christophe Fauré

Personne triste apres un deuil

@ Cristian Newman on Unsplash

Lorsque l’on est confronté au deuil, la société nous impose souvent « d’être fort »,  « d’aller de l’avant »… Ces injonctions et la méconnaissance des cinq étapes du deuil engendrent une confusion totale chez la personne endeuillée.

Il ne faut pas confondre deuil et oubli. Le deuil est un « processus de cicatrisation » indispensable au cours duquel on crée un nouveau type de relation avec le défunt. Ce processus est inconscient, notre esprit sait exactement quoi faire pour nous guérir.

Christophe Fauré, psychiatre, auteur de « Vivre le deuil au jour le jour », décrit parfaitement comment nous faisons, étape par étape notre deuil après la perte d’un être cher.

Première étape du deuil : le choc et la sidération (dans les semaines qui suivent le décès)

« On croyait pouvoir se préparer à cette mort qu’on voyait approcher, mais quand elle est là, sous nos yeux, on ne parvient pas à y croire. » Christophe Fauré dans son livre Vivre le deuil au jour le jour.

 

Même si la mort était prévisible, l’annonce d’un décès engendre toujours un profond choc et nous plonge dans un état de sidération complet. On ne parvient pas à y croire, on reste incrédule. Une zone de notre esprit reste inatteignable par la nouvelle, on ne peut accepter cette réalité bien trop violente.

Des mécanismes de protection se mettent alors en place et aucun proche ne doit ni ne peut forcer les choses. Il serait vain d’essayer de nous faire prendre conscience de la réalité, du décès. Un des mécanismes de défense de notre esprit est l’anesthésie partielle de nos émotions.

Un détachement souvent incompris par nos proches

Nos proches sont parfois déconcertés de nous voir si « détaché » mais cette réaction est complètement naturelle et permet d’entrer dans le processus de deuil. Au cours de cette phase, certains ressentent le besoin de voir pour pouvoir croire à la mort de cette personne aimée et pour ne plus espérer son retour. Notre esprit et notre corps cherchent à mettre la douleur à distance.

S’ensuit la première confrontation à l’absence, nous sommes déboussolés car nous ne savons plus où mettre l’énergie qui était auparavant destinée à la personne décédée. Cette période est également caractérisée par des moments de décharge émotionnelle avec des pleurs incontrôlés.

Seconde étape du deuil : La fuite et la recherche (de 6 à 5 mois voire 2 à 3 ans)

« Après la perte d’un proche, la personne en deuil va entrer dans un processus de recherche visant à retrouver celui ou celle qui est mort(e). » Christophe Fauré, Vivre le deuil au jour le jour.

 

Ces deux mouvements simultanés et complémentaires ont généralement lieu après les obsèques. « Et maintenant ? » est la principale question qui se pose. L’endeuillé est profondément confus et désorienté. Il réalise pleinement la perte et a l’impression d’avoir complètement perdu ses repères. Cette confusion peut engendrer une véritable crise identitaire.

Cette seconde phase du deuil est caractérisée, dans un premier temps, par un mouvement de fuite pour échapper à la peine. Fuir est, pour notre esprit, le seul moyen de se protéger de cette agression qu’est le décès d’un proche.

Une action effrénée pour arrêter de penser… et de souffrir

Plus concrètement, cela peut se caractériser par une hyperactivité constante, on s’interdit le repos pour éviter que nos pensées divaguent vers le défunt. Parfois, cette fuite est complètement invisible et intériorisée.

Dans un même temps, on cherche à retrouver celui qui est mort. Plus le sentiment qu’on est en train de le perdre grandit et plus on cherche à préserver nos liens avec lui voire à les renforcer ou à en créer de nouveaux. Certains affichent des photos du défunt partout, d’autres portent ses vêtements, son parfum ou bien l’appellent pour entendre sa messagerie. La personne en deuil est en pleine attente sans réellement savoir ce qu’elle attend.

Troisième étape du deuil : la déstructuration (de 1 à 3 ans)

« La conséquence immédiate de cette perte de repères extérieurs et de cette pauvreté de repères intérieurs est une violente impression de vide, d’absence et de perte. » Christophe Fauré, Vivre le deuil au jour le jour

 

L’endeuillé finit par réaliser que sa recherche est vaine. Il ne croit plus à la possibilité d’un retour en arrière et comprend qu’il faut accepter la mort. Au cours de cette troisième étape du cheminement du deuil, la douleur est à son paroxysme.

L’esprit laisse les mécanismes de défense de côté, ce qui engendre l’apparition d’émotions très fortes. La douleur est si intense qu’on est tenté de se laisser aller au désespoir. Chez la plupart des gens arrive un moment où l’on pense ne pas pouvoir s’en sortir. C’est faux !

Cette étape de profond désespoir est nécessairement sur ce chemin qui conduira à l’apaisement. Durant cette période, les émotions les plus courantes sont : la peur, la colère, la solitude et la culpabilité.

Une peur de l’avenir et de la colère contre le monde entier

L’endeuillé a peur de l’avenir, du quotidien, de ne pas être à la hauteur et/ou de ces manifestations du deuil qu’il ne contrôle pas. Il est en colère contre Dieu, contre le destin, contre l’équipe médicale qui a pris en charge le défunt, contre les autres qui ne vont pas aussi mal que lui, contre la personne décédée qui l’a abandonné ou même contre lui-même.

L’endeuillé se trouve face à une violente impression de vide car les liens qui le lient à la personne décédée ne sont plus assez nombreux. L’endeuillé se sent coupable car il est trop tard pour revenir sur son vécu avec le défunt. Cette déstructuration a également des conséquences physiques que le Docteur Fauré appelle « vécu dépressif ».

Cette étape normale se caractérise par une perte d’appétit, des douleurs sur le corps, des troubles du sommeil, un épuisement chronique et une baisse des compétences intellectuelles.

Dernière étape du processus de deuil : la restructuration

« Lentement, avec de nombreuses hésitations et maints retours en arrière, on va entrevoir la possibilité d’un retour à la vie. » Christophe Fauré, Vivre le deuil au jour le jour

 

Cette étape s’impose lentement sans qu’on s’en aperçoive et chevauche généralement la précédente. La nécessité de reconstruire sa vie s’impose et la personne confrontée au deuil réalise que le manque restera toujours mais pas la douleur. On apprend à vivre avec la perte qu’on a apprivoisé. On ne peut délimiter dans le temps cette phase, elle prend le temps nécessaire à chacun.

Le défunt, à jamais dans notre cœur et notre mémoire

La restructuration, c’est en réalité la redéfinition de nos relations avec autrui, avec le monde, avec le défunt et avec soit même. « Comment vais-je vivre avec moi-même ? », « Comment je me positionne dans mon environnement ? », « Qui je suis maintenant ? », « Quel être relationnel je suis devenue ? », « Comment cette perte m’a façonné ? ». On ne perd pas le lien avec le défunt mais on se le réapproprie. Il devient alors intérieur et restera dans le cœur et dans la mémoire. La douleur s’est, quant à elle, estompée et la blessure a cicatrisée.

À lire :