Un évènement, une histoire à partager à la communauté Happy End ? Je partage mon témoignage

Le 4 août 2018, Kathy Simard, perd sa fille Izabelle après 31 semaines de grossesse. Un an plus tard, cette Canadienne décide de tirer du positif de cette épreuve et lance le projet Izzy bear. Son idée ? Créer des nounours pour soutenir les parents vivant un deuil périnatal. L’ours en peluche, lesté avec du sable, pèse exactement le même poids que l’enfant à la naissance.

L’effet magique du nounours pendant le deuil périnatal

« Au décès de ma fille, je ne n’étais plus capable de rien faire. Pas même me brosser les cheveux ou les dents », raconte Kathy Simard à CBC News. « Je devais trouver quelque chose pour soulager ma peine. Je cherchais partout dans la maison un objet qui pesait comme ma fille. Finalement, je ne trouvais jamais un poids satisfaisant. Alors j’ai décidé de me fabriquer moi-même un ourson ! »

« Je ne dormais pas très bien à l’époque, » confie la maman endeuillée. « Je subissais des troubles post-traumatiques. Dès que je fermais les yeux, je revivais les quatre jours qui ont précédé sa naissance. Mais la première nuit passée avec mon ourson, en le posant sur ma poitrine, je me suis assoupie aussitôt. C’était ma première nuit de sommeil depuis des mois. Le sentir sur moi me réconfortait et m’apaisait. C’était magique ! »

Lire aussi : Deuil périnatal : un livre pour soutenir les parents dans l’épreuve

Kathy partage son idée d’ours en peluche à son entourage, notamment dans son groupe de parents endeuillés. Les réactions sont enthousiastes. La maman bricoleuse commence alors à fabriquer des nounours pour ses proches touchés par un deuil périnatal. « Aider les autres me rend si heureuse », se réjouit-elle. « Et cela m’aide à surmonter ma peine. »


Un nounours magique mais pas pour tous

La demande doit expressément venir des parents et non de leurs proches. Une peluche qui reproduit le poids de son enfant peut réconforter mais elle peut aussi produire l’effet inverse. La créatrice Kathy Simard souhaite donc que sa commande relève d’une démarche personnelle. Malgré ces précautions, le concept ne fait pas l’unanimité.

« Je ne suis pas persuadée que cet ourson soit une solution », met en garde la psychologue Isabelle Godard Auray. « Le deuil périnatal est une épreuve terrible qui nécessite un accompagnement spécifique. Mais avec cet ours en peluche, on risque d’entretenir une fausse réalité et de compliquer le travail de deuil des parents. »

A ce jour, il n’est pas encore possible de commander un Izzy bear en France. Le projet se limite à la région du Saskatchewan et devrait s’étendre au reste du Canada.

Lire aussi :

Commentaires

Aucun commentaire pour le moment.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Happy End, responsable de traitement, collecte et publie vos commentaires pour vous permettre de partager vos avis. Nous vous invitons à ne pas communiquer vos données personnelles sensibles car votre commentaire va être public. Pour plus d’informations sur le Traitement de vos Données à caractère personnel par Happy End, veuillez consulter notre politique de confidentialité.

Je vis un deuil

Chaque deuil est unique. Nous vous proposons un accompagnement adapté à votre situation.

Des articles sélectionnés pour vous

Décès d’un nouveau-né : quelles sont les démarches à suivre ?

Décès d’un nouveau-né : quelles sont les démarches à suivre ?

Fausse couche : comment traverser ce deuil si particulier ?

Fausse couche : comment traverser ce deuil si particulier ?

Enfant né sans vie : le Conseil d’État clarifie les règles applicables à la conservation des corps

Enfant né sans vie : le Conseil d’État clarifie les règles applicables à la conservation des corps

Deuil : une boîte de nuit mobile pour évacuer son chagrin

Deuil : une boîte de nuit mobile pour évacuer son chagrin

Canada : un complexe funéraire devenu lieu d’euthanasie suscite une polémique

Canada : un complexe funéraire devenu lieu d’euthanasie suscite une polémique

Funéraire Grand Sud : le salon de l’innovation funéraire revient les 14 et 15 juin 2023 !

Funéraire Grand Sud : le salon de l’innovation funéraire revient les 14 et 15 juin 2023 !

Je devais préparer le berceau de ma fille, j’ai organisé ses obsèques…

Je devais préparer le berceau de ma fille, j’ai organisé ses obsèques…

Un cercueil en forme de bateau ou de gâteau… En Nouvelle-Zélande, tout est permis !

Un cercueil en forme de bateau ou de gâteau… En Nouvelle-Zélande, tout est permis !

À Berne, un café-restaurant s’installe dans un ancien crématorium !

À Berne, un café-restaurant s’installe dans un ancien crématorium !

Un cimetière sous-marin au large des côtes de Miami

Un cimetière sous-marin au large des côtes de Miami