6 textes à lire à l’enterrement d’un bébé

Happy End vous propose six textes à lire pour accompagner le deuil d’un bébé. Qu’ils vous servent de dernier hommage lors des obsèques, ou de soutien au quotidien, ils sauront peut être mettre des mots sur l’indescriptible peine que représente la perte d’un enfant, quel que soit son âge.

Je pleure mon enfant qui est mort, extrait du n°116 du “Pierres Vivantes”

“Je pleure mon enfant qui est mort…
Mais en même temps, j’entends sa voix qui me dit avec une légère impatience :
“Maman, ne te tracasse pas pour moi, Maman, n’en reste pas là.
Oui, mon départ t’a fait très mal ! Oui, tu as toujours mal !
Mais tu sais maintenant que c’était un envol et non un naufrage.
Oui, je sais ! Cela est inguérissable…
Mais que cela ne t’empêche pas de penser aux autres et aussi à toi.
Continue à cueillir, maman, tous les bonheurs de la vie.
Même les plus petits, même s’ils ont un arrière goût de cendre parfois.
Fais-toi plaisir, chante, écoute de la musique, crée quelque chose avec tes mains, crée quelque chose avec ton cœur, avec ta tête !
Sans cesser de pleurer peut-être, mais crée !
Je te veux vivante, Maman !
Que mon départ devienne pour toi une source de vie ! Je t’en prie, ne t’abandonne pas ! Continue, va !
Tu le sais, je suis avec toi tous les jours.
Je te veux vivante, Maman !”

Pour un enfant né sans vie, Darl Meliza Riviera, maman de Darlizza, morte à 24 semaines

“Notre petit ange,
Née silencieuse dans ce monde.
Ce n’était pas important,
le moment où nous t’avons vue
C’était un bonheur parfait.

Toutes les questions, toutes les peines et les peurs,
se sont volatilisées dans les ténèbres de la nuit ;
pendant que je te serrais contre ma poitrine,
chérissant cet instant.

À minuit et demi, le prêtre est venu,
pour te bénir et te baptiser au nom de Jésus-Christ.
Nous ne savons peut-être pas exactement quand
ton coeur s’est arrêté de battre
pour la dernière fois.
Notre enfant, sache que
si l’amour avait pu te sauver,
tu vivrais pour toujours.
Maintenant, Dieu te portera dans ses bras
comme nous te portons dans nos coeurs
jusqu’à ce que nous te portions au paradis.

Merci de m’avoir montré
à quel point ton papa m’aime,
à quel point notre famille et amis nous aiment.
Merci de nous avoir montré,
le pouvoir de l’amour de Dieu.
Je pense que tu étais
trop belle pour la Terre.

Tu es née avec des ailes,
tu étais destinée à voler.
Ta place est au paradis.
Tu es peut être mort-née
mais tu étais
quand même née.”

La nuit n’est jamais complète, Paul Eluard

“La nuit n’est jamais complète.
Il y a toujours, puisque je le dis,
Puisque je l’affirme,
Au bout du chagrin
Une fenêtre ouverte, une fenêtre éclairée
Il y a toujours un rêve qui veille,
Désir à combler, Faim à satisfaire,
Un cœur généreux,
Une main tendue, une main ouverte,
Des yeux attentifs,
Une vie, la vie à se partager.”

Perte d’un bébé : découvrez nos ressources sur la mort et le deuil

Chers Parents, Pascal Portier

“Chers Parents
Il est bien difficile de croire un seul instant
Que l’on pourrait survivre à la mort d’un enfant
Pour nous tous, chers Parents ce sentiment nous parle
Il irrigue constamment, notre cœur plein de larmes
Au delà de savoir, comment c’est arrivé !
Pourquoi ce grand voile noir, sur nous tous, est tombé
Il y a ce quotidien qui souvent reste dur
L’impression que plus rien ne guérira nos blessures
Comment pouvoir y croire, sans jamais succomber
Ne pas perdre l’espoir, savoir se relever !
Suivre ce long chemin que chacun arpente seul
Croire à ce lendemain en lâchant le linceul.
Pourtant les jours avancent, et les mois, les années…
Nous donnent la cadence, permettent d’avancer
Chaque heure est une victoire qu’on n’imaginait pas
Lueur que l’on peut voir et dirige nos pas.
Alors vous chers Parents qui êtes mes Amis,
Permettez simplement que je vous nomme ainsi
Nous sommes des compagnons sur une bien triste route
Nos cœurs se regrouperont, ils seront à l’écoute.
Je fais le vœu concret à l’aube de Noël
Qu’en chacun une Paix, vous redonne des ailes
Que vos chagrins s’estompent, l’espace d’un instant
Que vous vous rendiez compte, comme votre cœur est grand.
Vous pouvez être fiers de ce bien bel hommage
Une forme de Prière qui donne du courage
Que ces étoiles qui portent le nom de nos enfants
Restent la plus belle escorte pour nous tous chers parents !”

Precious Child, Karen Taylor Good

“Dans mon cœur tu vis toujours
Toujours ici, jamais parti
Précieux enfant, trop tôt parti
Bien qu’il doive être vrai que nous sommes séparés
Dans mon cœur pour toujours tu vivras
Dans l’ordre des choses, je devais partir la première
Précieux enfant, précieux enfant
Mais je reste ici pour porter ton deuil
Précieux enfant, précieux enfant
Dans mon âme est un vide
Qui jamais ne sera comblé
Dans mon cœur est l’espoir
Et tu es toujours avec moi
Dans mon cœur toujours tu vis
Toujours ici, jamais parti
Précieux enfant, trop tôt parti
Bien qu’il doive être vrai que nous sommes séparés
Dans mon cœur pour toujours tu vivras”

À écouter ici

Arriver à séparer la mémoire de la douleur, David Grossman

“J’ai pensé à mon fils,
Je lui ai parlé intérieurement.
Nous nous sommes au moins quittés sans colère
– Lui ai-je dit-
Et sans rancœur.
Tu nous as aimés, et tu étais aimé.
Et tu savais
Que tu l’étais.
Je lui ai dit : Puis-je te demander une faveur ?
Je veux apprendre à séparer
La mémoire
De la douleur.
Du moins en partie,
Autant que possible, afin que tout le passé
Ne sois pas à ce point imprégné de douleur.
De la sorte, je pourrai aussi me souvenir de toi
Davantage,
Tu comprends : je n’aurai plus à craindre chaque fois
La brûlure du souvenir.”

Perte d’un bébé : découvrez nos guides pour vous aider

Des associations spécialisées en deuil familial et en deuil périnatal peuvent également vous venir en aide. Retrouvez-les toutes dans notre annuaire de professionnels !