Les médecins disent-ils toujours la vérité aux malades ?

Sylvie Fainzang, anthropologue et directrice de recherche à l’INSERM[1] a mené une enquête de quatre ans auprès du corps médical pour mieux comprendre la relation patient-médecin.
medecin-verite@Shutterstock

Selon une étude, 43% des médecins français ne disent pas toujours la vérité aux patients. Quelles sont les raisons qui motivent ce choix ? 

Plusieurs raisons peuvent motiver ce choix. Certains médecins pensent qu’il est inutile de dire la vérité aux malades, tout simplement parce qu’on ne la connaît pas. Ils mettent la non-révélation de la vérité sur le compte de l’incertitude. D’autres ne souhaitent pas causer du tort au malade. Prônant le principe de bienfaisance, ils disent agir dans son intérêt. On parle alors de « mensonge par humanité ». Enfin, d’autres disent « mentir » pour préserver le malade qu’il juge incapable de comprendre les informations relatives à sa santé. Dans ces deux derniers cas, le médecin remet en cause les capacités cognitives ou psychologiques du patient.

A lire aussi : annoncer la mort d’un proche quand on est soignant

Quels sont les critères qui permettent de dire qu’un patient n’est pas capable d’entendre la vérité ?

Lors des entretiens que j’ai menés, les médecins justifiaient de ne pas dire la vérité par l’envie de préserver le malade mais j’ai pu observer que cette décision reposait souvent sur des signes extérieurs déterminant son appartenance sociale, comme sa posture corporelle, son aisance verbale, ses connaissances culturelles. Ces critères subjectifs vont l’aider à considérer si le patient est apte à entendre la nouvelle ou pas. En réalité, il s’agit d’un jugement à l’égard de personnes qui appartiennent à des milieux sociaux populaires. Cette attitude n’est souvent pas consciente chez les médecins et peut conduire à de graves erreurs (article 35 du code de la Santé publique) d’appréciation.

Les médecins sont-ils obligés de dire la vérité aux patients ?

La loi relative au droit des patients de 2002 oblige le médecin à donner toutes les informations au patient sur son état de santé et ses traitements. Mais cette loi est contrecarrée par le code de déontologie médicale qui l’autorise à cacher certaines choses s’il estime fondé de le faire, quitte à traiter son patient comme un enfant. Certains professionnels de santé défendent alors une information complète et transparentes, d’autres non. Cette décision a alors un caractère subjectif et arbitraire.

Témoignage : Le jour où on m’a fait comprendre que j’allais mourir

Le mensonge ne permet-il pas parfois de protéger un patient dans le déni ?

Le déni des patients est souvent l’argument avancé par les médecins pour justifier l’omission. Mais j’ai souvent observé des entretiens au cours duquel le patient pose de nombreuses questions et est demandeur d’explications. A la fin du rendez-vous, le médecin a l’impression d’avoir été clair… alors qu’il n’a formulé aucune réponse éclairante. Psychologiquement, c’est difficile d’être porteur d’une annonce qui va bouleverser la vie du patient. Beaucoup de médecins disent craindre que le patient abandonne ses traitements ou se jette par la fenêtre à l’annonce d’une mauvaise nouvelle. Cette idée est étonnante car aucun médecin rencontré pendant ces quatre années d’enquête n’a jamais assisté ou vécu une telle scène. Les médecins projettent sur les patients des réactions, des idées qui ne se vérifient pas dans la réalité. La grande majorité des patients souhaite connaître leur état et la vérité est un droit.

Ne pas dire la vérité est-il utile dans certaines circonstances ? 

Le mensonge est une pratique sociale que chacun gère à sa façon dans un contexte donné. Les acteurs sociaux, ont souvent de bonnes raisons pour mentir et il est difficile d’en juger. Mais il est important de faire la différence entre un pronostic et un diagnostic. Un diagnostic est une information sûre, objectivée par des examens médicaux. Un pronostic n’est qu’une supposition. J’ai vu des patients, à qui leur médecin disait : « vous en avez pour 6 mois. » Dix ans après, ils vivaient encore et cette nouvelle les avaient plongés dans une angoisse terrible.

Un mauvais pronostic peut-il influencer le processus de guérison ?

D’après certains médecins, le système immunitaire peut être affaibli par un mauvais diagnostic. Les psychologues, eux, avancent que l’annonce de la gravité d’un état peut décourager le patient et provoquer des effets délétères sur son état de santé. Mais ce que j’ai pu observer, c’est que ne pas connaître la vérité a souvent un effet négatif. Lors de nombreuses consultations auxquelles j’ai assisté, le patient ne comprenait pas pourquoi il devait rapidement recommencer une chimiothérapie alors que son état était stable. Dans ce cas de figure, le patient, en colère, va demander des précisions, insister jusqu’à ce que le médecin, à bout de nerfs, annonce abruptement une reprise métastatique. Cette information, le plus souvent, aboutissait à un accord rapide de la reprise du traitement. De ce fait, ne pas donner l’information nécessaire peut empêcher le patient de prendre les bonnes décisions.

Quels sont les mots tabous dans le jargon médical ? 

Il y a quelques années, le mot cancer était difficile à prononcer par les soignants. Aujourd’hui, cette maladie n’est plus considérée comme létale. J’observe davantage un tabou autour du mot « métastases » qui induit que la maladie progresse. L’annonce de la présence de métastases a beau être un diagnostic, ce mot peut laisser penser que le pronostic vital est en danger…

Les soignants sont-ils demandeurs de formation sur ce sujet ?

Enseigner la communication avec les malades fait partie des options proposées en enseignement science sociales et humaines en faculté de médecine. Mais, cela reste une matière très compliquée à transmettre. Aucune vérité n’est valable pour tous les patients. Un médecin qui met une main sur l’épaule d’un patient en fin d’entretien va en rassurer tandis ce geste, synonyme d’humanité, va susciter beaucoup d’inquiétude chez un autre malade. Echanger régulièrement entre soignants sur ses pratiques me paraît intéressant pour confronter différents points de vue voire rectifier certaines erreurs.

Lire le livre de Sylvie Fainzang

Médecin en soins palliatifs : accompagner jusqu’à la mort

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Faire défiler vers le haut

Recevez la newsletter de Happy End