Cultiver la vie jusqu’au bout et exaucer ses derniers souhaits 

Caude visite HEC

En boucle … Depuis 2 mois, à chaque fois que Claire ou ses soeurs rendent visite à leur père, il évoque son école d’antan. Il se voit tantôt intervenir à HEC sur ses domaines d’expertise, tantôt intégrer comme étudiant l’école qui l’a tant marquée. Certains jours, il aimerait savoir s’il a laissé un bon souvenir sur le campus, d’autres, tout simplement récupérer son diplôme ! Claude a 89 ans, et est atteint de la maladie de Parkinson. Ses moments de désorientation, plus fréquents sur la fin, le font osciller entre grande présence, réalité passée et fiction parfois, ajoutant de la poésie à leurs instants partagés.

– Tu aimerais retourner à HEC Papa ?

L’idée vient de Claire, sa fille.

– Ah oui, cela me ferait très plaisir. Son sourire ne ment pas.

Publicité
Artombal Monuments Funéraires Modernes


Le pèlerinage dans le temps de Claude à l’école HEC

Claude devant la bibliothèque de l'école HEC Paris

Quand Claire m’a raconté cette histoire, j’ai jubilé. De joie pour cet homme qui a ainsi pu revisiter une partie de sa vie, et pour Claire d’avoir partagé ce joli moment avec son père. J’ai aussi été admirative de sa détermination. Claire aurait pu redouter la réaction de l’école, se décourager à l’idée d’y aller seule (ses sœurs n’ont pas pu l’accompagner) ou encore appréhender une éventuelle déception de son père.

Revisiter les lieux de son passé

Rien de tout cela ne s’est produit. L’école a accepté sans tarder. Arrivés sur place, la responsable Alumni informée par l’accueil, les a rejoints et a offert à Claude une visite guidée du campus. Du premier amphithéâtre inauguré par Charles de Gaulle à une chambre d’étudiant en passant par la bibliothèque, le mur des grands donateurs, etc., Claude a pu revoir tous les lieux de son passé. Questions qui fusent, regard vif… Il n’a pas perdu une miette de sa visite, a discuté avec des étudiants, et retrouvé son âme de jeune homme.

2 heures de magie. 2 heures de pèlerinage dans le temps. Une parenthèse de jouvence au seuil de la mort. Claude est décédé quelques semaines plus tard, probablement des étoiles encore plein les yeux.

Lire aussi : Et si consoler, c’était avant tout être dans une présence aimante ?

 

 

Commentaires

Il n'y a pas encore de commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. En cliquant sur "Laisser un commentaire", vous confirmez avoir lu notre Politique de confidentialité.

*Champs obligatoires