Covid-19 : ce qui change pour la mise en bière

Vous avez perdu un proche au cours de cette période si particulière ? La crise sanitaire liée au coronavirus a bouleversé de nombreux aspects de nos vies. Mais elle a également touché la prise en charge des personnes décédées. Que cela soit au niveau du transport, de la mise en bière ou encore du déroulement des funérailles. Voici tout ce que vous devez savoir au sujet des nouvelles dispositions pour la mise en bière au temps du COVID-19.

La mise en bière d’urgence : retoquée par le Conseil d’État

Les mesures prises sur la mise en bière d’urgence pendant la première phase de la crise (interdiction des soins de conservation et mise en bière immédiate) ont été retoquées par le Conseil d’État le 22 décembre dernier, prônant les conséquences psycho-sociales sur les proches endeuillés.

> À lire aussi : COVID-19, la mise en bière d’urgence décrétée illégale par le Conseil d’État

De nouvelles dispositions pour rassurer les familles

Le cadre juridique a donc de nouveau été posé par un décret du 21 janvier 2021 dont les principales dispositions seront :

  • Les soins mortuaires effectués uniquement par des thanatopracteurs et des professionnels de santé.
  • Les soins de conservation (thanatopraxie) sont interdits quand le décès survient à moins de 10 jours d’un test positif ou des signes cliniques, ils sont autorisés au delà.
  • Le défunt présenté à sa famille et à ses proches uniquement là où le décès est survenu.
  • La mise en bière et la fermeture du cercueil effectuées avant la sortie du lieu où le décès est survenu.

> À lire aussi : Covid-19 et funéraire : les leçons à retenir

2 réflexions sur “Covid-19 : ce qui change pour la mise en bière

  1. Répondre
    Charlotte - 29 janvier 2021

    Bonjour,

    Il me semble qu’il y a une erreur dans cette article, ou il est possible que ce soit moi qui comprenne mal la phrase :
    Les soins de conservation sont justement interdits quand le décès survient à moins de 10 jours d’un test positif ou des signes cliniques, ils sont autorisés au delà.

  2. Répondre
    Dargence - 17 février 2021

    Bonjour, decret du 22 Mars jugé illegal. Et on fait quoi quand on a été concerné?….
    Merci

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Faire défiler vers le haut

Recevez la newsletter de Happy End