Toilette mortuaire : comment ça se passe ?

Crédits : Graceie/ Pixabay

La toilette mortuaire consiste à donner au défunt une apparence digne, soignée et la plus fidèle possible à sa personnalité malgré sa mort. Elle peut être réalisée par le personnel hospitalier, un professionnel du funéraire ou les proches.

Publicité
Artombal Monuments Funéraires Modernes


Toilette mortuaire : le défunt est lavé, coiffé et maquillé

Appréhendé de diverses manières selon les religions, la toilette mortuaire est effectuée par le personnel soignant si la personne est décédée à l’hôpital ou en EHPAD et par un professionnel des pompes funèbres si le décès s’est produit à domicile. Le corps est débarrassé des cathéters, sondes et autres drains puis est lavé à l’eau tiède et au savon. Les orifices naturels sont ensuite obstrués en prévision d’un éventuel écoulement par les voies naturelles.

Au cours d’une toilette mortuaire, le défunt est enfin manucuré, coiffé, habillé et maquillé, afin de lui donner un aspect proche de ce qu’il était de son vivant. Si c’est important à vos yeux, vous pouvez demander à vous occuper de cette toilette (la loi vous le permet !), y participer aux côtés des professionnels ou limiter votre participation à l’habillement du défunt.

Après la toilette mortuaire, choisir la dernière tenue du défunt

Après la toilette mortuaire, pour habiller un mort, il était d’usage autrefois de choisir, dans la garde-robe du défunt, des vêtements élégants. Aujourd’hui, les mœurs évoluent et si la tenue que votre proche affectionnait le plus est le jeans T-Shirt, un jogging ou une robe en strass : nulle loi ne s’y oppose. Pour son mari, Laurence, 50 ans, a par exemple opté pour une tenue casual : « Pour son dernier voyage, Daniel était entièrement vêtu de noir : Perfecto, jeans, pull et santiags aux pieds. Son ami Raphaël avait même tenu à lui glisser entre les doigts un médiator. Il ressemblait à ces rock stars qu’il aimait tant. »

Faire le choix de l’écologie

Ayez simplement en tête que les matières choisies auront un impact plus ou moins important en termes de pollution des sols ou de l’air. De plus en plus de personnes choisissent d’ailleurs, de partir nues, enveloppées dans un drap en coton ou en lin pour limiter leur empreinte écologique.

Peu sont ceux qui le savent, mais après la toilette mortuaire, vous avez le droit de vous opposer à la pratique de soins de thanatopraxie si vous tenez à avoir un enterrement écologique.

Lire aussi