Judaïsme : la shiv’ah pour exprimer son deuil avec le soutien de la communauté

shivah-judaisme-tombe-juive@Shutterstock

L’approche de la mort dans le judaïsme comporte, parmi bien d’autres étapes, un temps rituel particulier centré sur la douleur des proches du défunt : la shiv’ah. Ces derniers habiteront ensemble pendant les sept jours suivant la mise en terre, généralement dans la maison de la personne décédée. La tradition veut qu’ils ne travaillent pas, ne fassent pas la cuisine, s’habillent sobrement, mangent sur des sièges bas et dorment à même le sol pour marquer et vivre pleinement leur état de chagrin et de confusion.

Tout au long de cette semaine, amis, collègues et voisins leur apportent à manger et se tiennent près d’eux pour les écouter, ou selon le conseil de certains rabbins, simplement apporter une présence silencieuse sans chercher à les distraire. Les pleurs et autres manifestations de douleur sont encouragés car le deuil doit pouvoir s’exprimer. A l’issue des sept jours, les endeuillés sont accompagnés pour faire quelques pas à l’extérieur de la maison. Une autre étape peut alors commencer.

Enterrement juif : comment ça se passe ?

Comment nous en inspirer de la shiv’ah : faire une place pour la douleur

Si sept jours pourront sembler bien peu, le rituel de la shiv’ah nous dit qu’il faut ouvrir un temps pour l’extrême douleur de ceux qui restent. Il nous parle d’être présents pour accompagner les endeuillés au-delà des funérailles, à travers un soutien domestique autant que par l’écoute. En période de confinement, les visites ne sont pas envisageables, mais pourquoi ne pas déposer un plat réconfortant sur le pas de la porte ou faire livrer aux proches un repas ou quelques douceurs ?

7 idées pour soutenir des proches endeuillés

Face à la douleur du deuil, l’écoute avant toute chose

Ce rite nous invite aussi à reconnaître et à accueillir les émotions des personnes en deuil. Il nous rappelle qu’il n’y a pas toujours de mots et que les endeuillés ne demandent pas forcément à être consolés. Une écoute qui n’incite pas à passer à autre chose, qui n’évite pas les moments de silence ou de larmes peut représenter le meilleur des soutiens. Bien entendu, nous pouvons adopter ce principe au-delà des sept jours inscrits dans le rite juif.

Si vous souhaitez organiser un rituel de deuil, contactez Happy End

Florence Plissart est poète et artiste. A travers L’Aventurine, des croquis de vie à l’encre vive, elle  propose de rendre hommage à votre défunt en le racontant d’une façon originale et artistique. 

La mort au temps du coronavirus, des rites à réinventer ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Faire défiler vers le haut

Recevez la newsletter de Happy End