Ernie La Pointe raconte la mort chez les indiens Lakotas

Arrière-petit-fils de Sitting Bull, chef spirituel amérindien, Ernie La Pointe porte la parole de la culture Lakota à travers le monde. De passage à Paris pour la promotion de son livre « Sitting Bull, sa vie, son héritage », Ernie La Pointe nous éclaire sur la mort dans la culture Lakota.
Ernie la pointeCrédit : Astrid di Crollalanza © Flammarion

La vie, un apprentissage pour la mort selon Ernie La Pointe

Dans la culture Lakota, la vie est un apprentissage pour le voyage vers le monde des esprits. Ernie La Pointe l’a découvert lors de cérémonie rituelles. Les esprits parlent aux vivants dès leur naissance pour les éduquer, leur donner les clés pour équilibrer leur âme, remplir leur mission de vie. Quatre existences sont offertes aux hommes pour élever leur esprit. A chaque fois, ils sont censés progresser davantage, s’élever spirituellement pour être fin prêt à partir après leur quatrième incarnation.

 

 

Un rituel de deuil bien particulier

Lorsque le « voyage est terminé », les Lakotas organisent une cérémonie pour le défunt. La veillée dure quatre jours car c’est le temps qu’il faut à l’âme pour atteindre le monde des esprits. Quand ils veillent leurs morts, ce peuple raconte des blagues, rit. C’est leur manière de rendre hommage à leur défunt qui aimait rire de son vivant et une façon de l’accompagner vers le monde des esprits. Ensuite, les Lakotas conservent les biens du défunt durant un an. Passé ce délai, ils font le vide et donnent tout pour que d’autres puissent s’en servir à l’avenir.

Pas de mot pour « au-revoir »

Les Lakotas ne font pas vraiment leurs adieux à leur défunt. Ils n’ont pas de mot pour dire « au-revoir ». Au lieu de cela, ils disent : « je te reverrai. Parce qu’on est né pour se retrouver un jour dans le monde des esprits. ». La vie sur terre est un nouveau départ pour les âmes qui se réincarnent. Elles se croisent alors à nouveau sur Terre, c’est ce qui explique des complicités immédiates entre personnes qui viennent de se rencontrer. « Je connais ma femme depuis quelques vies antérieures, » raconte Ernie La Pointe.  « Quand je l’ai rencontré pour la première fois, c’est comme si nous avions renoué un lien qui existait bien avant. » Dans la culture Lakota, les âmes sont très présentes et servent de guide aux vivants. « Ma mère et mon arrière-grand-père sont toujours présents avec moi, » conclue le chef spirituel amérindien. « Ils sont probablement avec nous en ce moment même mais vous ne les voyez pas. »

Dans Sitting Bull, sa vie, son héritage, Ernie La Pointe raconte la vie hors du commun de son arrière grand-père et fait revivre la culture Lakota. éd. Flammarion. 16,90 €.

Lire aussi : Autre culture, autre continent, le rite funéraire chez les bouddhistes

 

2 réflexions sur “Ernie La Pointe raconte la mort chez les indiens Lakotas

  1. Répondre
    Jérémy F - 10 juillet 2019

    Un excellent article dédié à un pan de la culture dont j’ignore tout. Merci pour la lecture et l’enrichissement.

    1. Sarah Dumont - 24 juillet 2019

      Merci Jérémy pour votre gentil message.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Faire défiler vers le haut

Inscrivez-vous à notre newsletter