Conservation du corps d’un défunt, comment ça se passe ?

Suite à un décès, la famille du défunt est la seule décisionnaire quant à la destination du corps avant les obsèques. Elle peut décider de le garder à son domicile ou de le confier à un organisme compétent.
conservation du corps hopitalCrédits : Shutterstock

Suite au décès d’un proche, une question se pose : quelle décision prendre pour la conservation du corps ? Si un proche décède dans les locaux d’un EHPAD (Établissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes), les membres de la famille peuvent demander aux responsables de l’établissement de conserver le corps jusqu’à l’arrivée du cercueil et la mise en bière. Seule limite : un délai officiel de six jours ne peut en aucun cas être dépassé. La famille peut également demander le transport du corps vers une chambre funéraire ou son domicile. Elle devra alors prendre en charge les frais de transfert. Les familles, précisons-le, sont les seules qui puissent demander un tel transfert. L’établissement n’en a ni le droit ni le pouvoir.

A lire aussi : nos conseils pour éviter les arnaques

La conservation du corps à l’hôpital

Les hôpitaux et les cliniques françaises sont, dans leur ensemble, contraintes de mettre à disposition des patients une chambre mortuaire à la condition que l’établissement enregistre un nombre de décès annuels supérieur à deux cents. Dans une telle situation, les responsables du centre hospitalier s’occuperont du transfert du corps dans ce lieu jusqu’aux obsèques. Aucun frais ne sera compté les trois premiers jours d’accueil de la dépouille. Si l’établissement ne dispose d’aucune chambre mortuaire, il s’occupera lui-même du transfert du corps vers un funérarium sans en facturer l’acte à la famille et prendra également en charge les trois premiers jours de l’accueil au funérarium. Les familles, quant à elles, peuvent également demander le transfert du corps à son domicile ou vers un funérarium.

Conserver le corps à domicile

Si le décès survient à domicile, les familles peuvent opter pour deux solutions :

  • Elles peuvent demander le transfert du corps vers une chambre funéraire en prenant à sa charge le coût d’une telle procédure.

 

  • Elles peuvent également décider de conserver le corps sur place avant la mise en bière. Cette option lui donne la possibilité d’organiser une veillée funèbre. A savoir : un transport « à visage découvert » n’est techniquement possible que dans les 48 heures après le décès. Une fois que ce délai est dépassé, ledit transfert doit impérativement être effectué à l’aide d’un cercueil fermé.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Faire défiler vers le haut

Recevez la newsletter de Happy End