Le souvenir

Un être humain qui s’éteint, ce n’est pas un mortel qui finit.

C’est un immortel qui commence.

C’est pourquoi en allant confié où il dormira doucement à coté des siens,

en attendant que j’aille l’y rejoindre,

je ne lui dis pas adieu, je lui dis à bientôt.

Car la douleur qui me serre le coeur raffermit, à chacun de ses battements,

ma certitude qu’il est impossible d’autant aimer un être et de le perdre pour toujours.

Ceux que nous avons aimés et que nous avons perdus ne sont plus où ils étaient,

mais ils sont toujours et partout où nous sommes.

Cela s’appelle d’un beau mot plein de poésie et de tendresse : le souvenir.

 

Doris Lussier

Faire défiler vers le haut

Inscrivez-vous à notre newsletter