Enterrement de Karl Lagerfeld : il avait déjà prévu ses obsèques… minimalistes

Ce mardi 19 février, Karl Lagerfeld a tiré sa révérence. Alors que les hommages se multiplient, on s'interroge sur ses funérailles puisque le couturier avait exprimé ne pas vouloir d'enterrement. Ses dernières volontés seront-elles respectées ?
@Karl Lagerfeld

ll n’a jamais quitté ses lunettes noires… Même lors de la dernière Fashion Week à Paris où il est apparu amaigri. Depuis l’annonce de la mort de Karl Lagerfeld, stars et grands noms de la couture multiplient les hommages à celui qui a tant influencé le monde de la mode et qui vient de rendre son dernier souffle, à l’âge de 85 ans, à l’hôpital américain de Neuilly. Pour le couturier, la mort n’était pas un sujet tabou et il n’a d’ailleurs jamais hésité à l’évoquer publiquement.

Karl Lagerfeld avait prévu son enterrement

En avril dernier, écœuré par les obsèques de Johnny à la Madeleine, il avait évoqué ses dernières volontés et l’organisation de ses propres funérailles avec un journaliste du magazine Numéro :

« Quelle horreur ! il n’y aura pas d’enterrement. Plutôt mourir. Depuis ces sombres histoires de la famille Hallyday, les obsèques à la Madeleine ont tout l’air d’une farce. J’ai demandé à ce que l’on m’incinère et que l’on disperse mes cendres avec celles de ma mère… et celles de Choupette [la chatte de Karl Lagerfeld], si elle meurt avant moi. »

Il n’a pas assisté aux funérailles de ses parents

Karl Lagerfeld n’a d’ailleurs pas assisté à l’enterrement de ses deux parents. Sur Le Divan de Marc-Olivier Fogiel, en février 2015, il avait raconté que sa mère, ne l’avait pas prévenu de l’enterrement de son père. Elle lui avait dit : ‘Tu n’aimes pas les enterrements’ (…) Et il ne semblait pas éprouvé de regrets : « Je ne suis pas certain que j’aurais dû y aller ».

A sa mort, sa mère n’a, à son tour, pas souhaité d’enterrement : « C’est très bien comme ça, on garde le souvenir des vivants. Voir quelqu’un dans une boîte en bois que vous avez connu de votre vivant, c’est très dur ».

Sur le divan d’Olivier Fogiel, il avait aussi révélé que Choupette, sa chatte chérie, égérie de nombreuses campagnes de publicité, notamment au Japon, était son héritière et figurait sur son testament. La somme gagnée avec ses spots publicitaires lui reviendrait !

Si la loi impose de respecter les dernières volontés du défunt, reste à savoir si le monde de la mode acceptera ses envies minimalistes…

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Faire défiler vers le haut

Inscrivez-vous à notre newsletter