Ta mort en short(s) pour parler (vraiment) de la mort aux enfants

Parler de la mort à un enfant@Los Dias de muertos, Ta mort en short(s)

« Si la mort est taboue, elle l’est encore plus dans la façon dont on en parle aux enfants », me disait l’autre jour  Hélène Morano, docteur en psychopathologie, spécialisée dans le prise en charge d’enfants et d’adultes suite à des morts traumatiques. Embarras, non-dit, secret… Combien d’entre nous cherchent à contourner le sujet ou ne savent pas comment dire les choses quand les questions fusent ou qu’un décès a lieu dans la famille ? « Est-il en âge de savoir ? » et « Est-ce qu’il comprend ? », « Je ne veux pas lui faire du mal… », font partie de nos préoccupations les plus fréquentes.

En découdre avec ce silence trop pesant, c’est le pari que s’est lancé Folimage avec « Ta mort en short(s) », six courts métrages qui abordent cette étape de vie incontournable avec philosophie, humour (parfois noir) et inventivité.

 

 

« La mort, c’est comme une partie de cache-cache, un jour tu compteras et quand tu te retourneras, je ne serai plus là ». Dans « Papi s’est caché », on assiste au dialogue intérieur d’un petit garçon et de son grand-père défunt. Dans « Pépé Le morse », on suit une famille au complet, en pèlerinage, venue disperser les cendres du grand-père sur un tapis de mégots. La mère qui se traîne, les ados qui comparent les photos prises au crématorium tandis que la grand-mère se roule dans le sable, en agrippant son urne… « Los Dias de los muertos » nous transporte au Mexique où Gonzalo sort de sa tombe pour la Fête des morts et rend visite à sa femme qui lui a préparé un poisson minuscule plutôt que le festin attendu. Tout ça pour le protéger de son feu cholestérol… Les réalisateur.ice.s s’en sont donné.e.s à cœur joie : c’est poétique, drôle, parfois grinçant.

Une bonne cure de parler vrai pour arrêter de penser que le silence les préserve et qu’ils ne sont pas capables d’entendre ou d’encaisser. Les secrets font plus de mal que de bien et finissent toujours par sortir…

« Ta mort en short(s) », à voir à partir du 31 octobre, dès 11 ans

 A lire aussi : comment annoncer la mort d’un proche à un enfant ? 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Faire défiler vers le haut

Inscrivez-vous à notre newsletter