Parler de la mort à un enfant : les conseils de la psy

Déjà à la maternelle, les enfants se posent des tas de questions sur la mort. Quand ils nous interrogent, on se sent souvent désarmé. Comment parler de la mort à un enfant ? Les conseils de Hélène Romano, psychologue, spécialisée dans la prise en charge des blessés psychiques.
Parler de la mort à un enfant@Blake Meyer on Unsplash

Un enfant comprend ce qu’est la mort vers l’âge de 8-9 ans, s’il n’y a jamais été confronté au cours de sa vie. Il comprend alors que la mort est irréversible (le mort ne reviendra pas), universelle (on y sera tous confrontés un jour) mais aussi qu’elle n’est pas contagieuse. Avant cet âge, un enfant imagine que la mort s’attrape.

– Il n’y a pas d’âge minimum pour annoncer la mort d’un proche à un enfant. Il est important de pouvoir parler du drame même à un bébé. Un bébé ressent ce qui se passe, perçoit l’inquiétude de ses parents… Lui expliquer le drame qui s’est produit est une façon de mettre des mots sur notre état. Et de la rassurer. La seule chose qui peut faire du mal à un enfant, c’est de ne pas lui parler ou de lui parler faux. Car il imaginera toujours pire que la réalité ou pire, se sentira mis à l’écart, voir trahi.

 

 

Employez les mots justes. Quand une personne décède, dites « qu’il est mort » plutôt qu’il est parti » ou qu’il « est au ciel ». Utiliser des images peut brouiller l’information. L’enfant peut penser que s’il est parti, c’est qu’il va revenir ou avoir l’impression d’être surveillé en permanence si le défunt est dans le ciel.

Un enfant à toute sa place aux funérailles. Assister à la cérémonie, c’est lui permettre de participer aux rituels, de dire au revoir au défunt. Avant le jour J, il est important de lui expliquer comment les choses vont se dérouler, quelles seront les différentes étapes. On peut l’inviter à préparer un dessin, une lettre, choisir un objet qu’il pourra déposer dans ou près du cercueil. Assurez-vous cependant qu’un adulte sera disponible près de lui durant toute la durée de la cérémonie, pour répondre à ses questions, le rassurer, voire le consoler.

Lire aussi : comment annoncer la mort d’un proche à un enfant ?

Ne vous interdisez pas de pleurer devant un enfant. Vous pouvez lui expliquer que vous êtes triste parce que vous aimiez beaucoup la personne qui est décédée, qu’il va vous manquer. Souvent, on est tentés de retenir ses émotions pour le protéger. Un enfant est capable de les accueillir et s’autorisera davantage à exprimer les siennes si les adultes en font autant.

Pour en savoir plus sur Hélène Romano, psychologue, auteure de nombreux ouvrages sur le sujet à destination des adultes comme des enfants, consultez son site

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Faire défiler vers le haut

Inscrivez-vous à notre newsletter



[recaptcha]